Liebherr Aerospace
rossi-aero-mecanique-industrielle
bandeau-liebherr-aerospace-2017-698x86.jpg
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
LHR_21-03_Aerospace_600x100
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
bandeau-liebherr-aerospace-
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

easyJet annonce un objectif transitoire et basé sur la science de réduction des émissions carbone : «35% pour 2035 »

news actualités aéronautique aeromorning
FacebookTwitterLinkedInPinterest
  • La compagnie aérienne s’engage à atteindre un objectif transitoire de réduction de 35 % de l’intensité de ses émissions carbone d’ici 2035. 
  • L’objectif s’inscrit dans l’engagement de la compagnie d’atteindre zéro émission de carbone nette d’ici 2050. 
  • Cette trajectoire de réduction des émissions de carbone est conforme à l’initiative Science Based Targets (SBTi).
  • Cet objectif sera atteint par la combinaison de plusieurs leviers : renouvellement de la flotte, amélioration opérationnelle et des gains d’efficacité, modernisation de l’espace aérien et utilisation de carburants d’aviation durables.

En novembre dernier, easyJet rejoignait « Race to Zero », une campagne mondiale soutenue par les Nations Unies visant à atteindre l’objectif zéro émission carbone nette d’ici 2050. Aujourd’hui la compagnie annonce son objectif transitoire d’une amélioration de 35% de l’intensité des émissions carbone d’ici l’année fiscale 2035, sur la base de l’année fiscale 2020. Depuis 2000, easyJet a réduit de plus d’un tiers les émissions de carbone pour chaque kilomètre parcouru par un passager.

L’objectif d’easyJet est aligné avec la feuille de route de décarbonation du secteur elle-même conforme au SBTi. L’initiative SBTi à laquelle easyJet a soumis sa trajectoire carbone est issue d’un partenariat entre le Carbon Disclosure Project (CDP), issu du Global Compact Nations Unies, le World Resources Institute (WRI) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), dont l’objectif est d’accompagner les entreprises dans leurs trajectoires de décarbonation dans la continuité des Accords de Paris. easyJet a intégré un groupe de travail dédié, le « Technical Working Group » (TWG), composé d’experts de l’industrie et d’organisations non-gouvernementales. 

Le SBTi exige des compagnies aériennes qu’elles décarbonent leurs activités, sans recourir à la compensation carbone hors-secteur ou d’autres mécanismes de marché tels que l’ETS (Emissions Trading System).  

La compagnie aérienne prévoit d’atteindre cet objectif ambitieux en combinant le renouvellement de sa flotte, les améliorations opérationnelles, les gains d’efficacité, la modernisation de l’espace aérien et l’utilisation de carburants d’aviation durables :

  • Renouvellement de la flotte : easyJet dispose de l’une des flottes d’avion monocouloirs la plus récente et la plus économe en carburant d’Europe et est le deuxième opérateur* de la famille d’A320neo en Europe. Toutes les livraisons de nouveaux appareils entre 2022 et 2028 seront des Airbus NEO. Ces appareils sont au moins 15% plus économes en carburant que les appareils qu’ils remplacent et réduisent le bruit de moitié. Le passage à des appareils de nouvelle génération, encore plus économes en carburant, ainsi que le passage à des appareils plus grands, ont un impact significatif sur la réduction des émissions de CO2 à court terme, en raison d’un meilleur rendement énergétique global et d’une réduction des émissions par siège.

                   *Le deuxième opérateur au titre de compagnie à la différence d’un groupe.

  • Améliorations opérationnelles et gains d’efficacité : easyJet continue d’exploiter ses avions de la manière la plus efficiente possible et est toujours à la recherche de gains d’efficacité. La compagnie s’efforce depuis de nombreuses années de réduire la consommation de carburant dans ses opérations quotidiennes grâce à des mesures d’écopilotage comme le roulage sur piste sur un seul moteur, l’utilisation d’informations météorologiques poussées pour améliorer la navigation ou le lavage des moteurs pour éliminer les débris afin d’en améliorer la performance. easyJet utilise également de nouveaux logiciels et l’intelligence artificielle pour améliorer l’efficacité opérationnelle. Cette démarche est complétée par des partenariats pour optimiser l’efficacité des vols, avec des acteurs clés tels que Airbus, Collins Aerospace, NATS et Eurocontrol.
  • Modernisation de l’espace aérien : cet aspect est crucial pour l’ensemble du secteur car il s’agit du facteur de réduction le plus réalisable : des trajets de vols plus directs et donc plus courts. easyJet collabore avec l’ensemble des parties prenantes et les autorités publiques afin de faire progresser la modernisation de l’espace aérien, avec des projets tels que le Ciel unique européen. Ces projets sont nécessaires pour un système de gestion du trafic aérien plus efficace et plus respectueux de l’environnement. Le ciel unique européen a pour ambition de réduire de 10 % les émissions de CO2 de l’aviation européenne.
  • Carburant durable d’aviation (SAF) : Dans l’intervalle, easyJet utilisera les SAFs à grande échelle pour un cycle de vie de carburant moins émetteur de CO2 que celui du kérosène. Il existe un certain nombre de filières de production éprouvées qui permettent de produire du SAF à partir d’un large éventail de matières premières, des déchets solides municipaux, ou d’huiles de cuisson usagées. 

La compagnie aérienne est également en train de finaliser sa feuille de route visant à atteindre l’objectif zéro-émission carbone nette d’ici 2050. À partir de 2035, les technologies zéro émission de carbone devraient jouer un rôle clé et easyJet travaille avec des partenaires du secteur, dont Airbus, Rolls-Royce, GKN Aerospace, Cranfield Aerospace Solutions et Wright Electric, sur plusieurs projets dédiés visant à en accélérer le développement dans l’aviation. Il s’agit d’un effort intersectoriel et, en tant que compagnie aérienne européenne majeure, easyJet apporte non seulement le point de vue de la compagnie et du client à ses partenaires, mais démontre également aux fabricants d’avions qu’il existe une demande des compagnies aériennes pour des avions zéro émission de carbone.

Johan Lundgren, Directeur Général d’easyJet, a déclaré :

« Décarboniser l’aviation est le défi de toute une génération et nous savons que cela peut et doit être fait. Nous avons entamé notre cheminement vers le net-zéro et, bien qu’il y ait des défis à relever en cours de route, je suis très enthousiaste quant aux développements à venir. Il nous appartient de préserver les avantages de l’aviation pour les générations à venir, tout en nous assurant que nous faisons tout notre possible pour protéger notre planète ».


Le développement durable est une question globale. Ainsi, en plus d’agir directement sur les émissions de carbone dues aux vols, easyJet atténue également l’impact environnemental plus large de ses activités:

  • Élimination de 36 millions d’articles en plastique à usage unique utilisés sur nos vols, effort apporté au tri sélectif et recherche continuelle de nouvelles actions à mettre en place.
  • Introduction de nouveaux uniformes d’équipage fabriqués à partir de bouteilles en plastique recyclées. Quarante-cinq bouteilles sont utilisées pour la composition de chaque tenue, ce qui permet d’éviter que 2,7 millions de bouteilles en plastique ne finissent dans les décharges ou dans les océans au cours des cinq prochaines années. Les vêtements sont fabriqués à partir d’un matériau de haute technologie conçu avec des sources d’énergie renouvelables.
  • Le développement durable est un facteur clé dans le choix des fournisseurs avec lesquels easyJet travaille. Pour son offre de vente à bord, easyJet a sélectionné des marques désireuses de faire la différence en réduisant leur utilisation du plastique et leurs émissions de carbone. Pour soutenir la volonté d’opérer de manière plus durable, la production des aliments frais a été repensée en partie localement. Ainsi, le produit parcourra moins de kilomètres pour atteindre sa destination, réduisant ainsi son empreinte carbone globale.

A noter : L’année fiscale easyJet court du 1 octobre au 30 septembre.

Source : easyjet

AeroMorning.com