Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
bandeau-liebherr-aerospace-2017-698x86.jpg
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
LHR_21-03_Aerospace_600x100
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
bandeau-liebherr-aerospace-
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

ESA, Leonardo, Telespazio et e-Geos

News Actualité Aeromorning
FacebookTwitterLinkedInPinterest

Espace: ce que Leonardo, Telespazio et e-Geos feront pour l’Esa

L’objectif de cet accord est de maximiser l’impact sur le secteur spatial des technologies transformatrices telles que l’intelligence artificielle, le calcul haute performance (HPC), l’informatique quantique, le big data et l’apprentissage automatique.

Parmi les domaines de recherche figure l’étude des réseaux neuromorphiques, des architectures d’intelligence artificielle qui « imitent » le cerveau humain et ses réseaux neuronaux pour accroître l’efficacité et la rapidité du traitement de l’information. La collaboration entre Leonardo, Telespazio (joint venture Leonardo 67%, Thales 33%) et e-GEOS (joint venture Telespazio 80%, Agenzia Spaziale Italiana 20%) et Φ-lab, le centre de recherche de l’Agence spatiale européenne (ESA) dédié à l’étude de nouvelles technologies pour accélérer la recherche sur l’observation de la Terre, renforçant ainsi le leadership de l’Europe dans le secteur spatial, a commencé.

Dans le cadre de la lettre d’intention signée, Leonardo utilisera l’installation de recherche « Space Technologies » Leonardo Lab à Rome – et plus généralement le réseau Leonardo Labs – qui, avec le Φ-lab de l’ESA, contribuera aux études sur l’optimisation de l’utilisation des données spatiales pour l’observation de la Terre. Après avoir exploré les domaines d’intérêt commun, le Φ-lab de l’ESA et le Space Technologies Leonardo Lab, avec le réseau Leonardo Labs, travailleront conjointement sur des projets qui maximisent l’impact sur le secteur spatial des technologies transformatrices telles que l’intelligence artificielle, le calcul haute performance (HPC), l’informatique quantique, le big data et l’apprentissage automatique. Les projets couverts par la collaboration conjointe comprennent des études sur les réseaux neuromorphiques, de nouvelles architectures d’intelligence artificielle qui « imitent » le cerveau humain et ses réseaux neuronaux pour aller au-delà de l’apprentissage profond traditionnel en augmentant l’efficacité et la vitesse du traitement de l’information.

Les algorithmes d’IA nécessitent généralement beaucoup de ressources en termes de données, de mémoire, d’énergie et de capacité de calcul. C’est pourquoi les technologies d’apprentissage frugal et les équations différentielles neurales ordinaires seront également explorées afin de développer de nouvelles méthodes d’IA capables d’utiliser moins de données et de ressources de calcul. L’intelligence artificielle embarquée/l’IA de pointe est un domaine qui émerge rapidement en tant que complément de l’informatique en nuage. La recherche conjointe se concentrera sur l’ajout de processeurs d’intelligence artificielle aux charges utiles des satellites et donc sur la possibilité de développer des techniques de calcul à faible consommation et à haute performance. Les domaines liés à l’informatique quantique seront également explorés, afin d’évaluer comment appliquer cette technologie à la classification, à l’extraction de caractéristiques, à la détection d’anomalies et à l’analyse de clusters, sur des images provenant de satellites d’observation de la Terre.

De gauche à droite Simonetta Cheli, Franco Ongaro, Marco Brancati, Paolo Minciacchi.

Un autre thème de recherche central concerne l’IA explicable/de confiance, c’est-à-dire la nécessité d’accroître la confiance dans les modèles d’apprentissage automatique en tirant parti de la prévisibilité, de la robustesse et de l’explicabilité, c’est-à-dire de la manière dont l’IA est parvenue au résultat. « La mission du ɸ-lab de l’ESRIN-ESA est de comprendre comment repousser les limites actuelles de l’observation de la Terre (OT), de la façon dont l’OT est conçu, dessiné et mis en œuvre » – ajoute Simonetta Cheli, directrice des programmes d’observation de la Terre de l’ESA et chef de l’ESRIN. « L’objectif ultime est d’améliorer la composante innovation de ce secteur, afin de renforcer la compétitivité de l’Europe au niveau mondial, tant d’un point de vue scientifique que commercial.  Lorsque nous avons commencé à interagir avec ce qui est maintenant Leonardo Labs, nous avons immédiatement reconnu les synergies et les complémentarités potentielles qui pourraient grandement contribuer à cette vision. Nous sommes très heureux d’avoir renforcé notre relation avec ces importants partenaires industriels par le biais d’une collaboration qui a pour cœur des thèmes que nous voyons certainement dans l’avenir de l’observation de la Terre ».  » Le groupe Leonardo peut se targuer d’une relation bien établie avec l’ESA, qui a été renforcée par l’accord signé avec Φ-lab. souligne Franco Ongaro, directeur de la technologie et de l’innovation de Leonardo. « L’accord avec l’ESA nous permettra de mettre en commun nos compétences dans des domaines tels que l’IA, le big data et l’informatique quantique, combiné aux capacités de calcul de l’infrastructure HPC de Leonardo, davinci-1, afin de stimuler les applications de méthodologies innovantes dans le domaine de l’observation de la Terre et dans le contexte spatial plus large. Cet accord est l’expression de la vision de l’entreprise qui consiste à renforcer les activités de recherche, menées à travers le réseau Leonardo Labs – le réseau de laboratoires de l’entreprise orienté vers le numérique – et la consolidation des activités d’innovation ouverte, qui sont toutes deux des moteurs essentiels de la croissance et de la compétitivité. « L’avenir de la Terre est de plus en plus lié à l’espace. Le renforcement de la capacité d’analyser, de traiter et d’exploiter les données provenant des satellites d’observation est fondamental pour la durabilité environnementale, l’amélioration de la vie sur notre planète et sa protection, ainsi que pour offrir d’importantes opportunités dans l’économie spatiale », a déclaré Luigi Pasquali, coordinateur des activités spatiales de Leonardo et PDG de Telespazio.  » La collaboration entre Leonardo Labs et le Φ-lab de l’ESA va accélérer le développement de nouvelles solutions dans ce domaine, en s’appuyant sur des infrastructures innovantes et sur les spécialistes de l’Agence spatiale européenne et de Leonardo, Telespazio et e-GEOS. Une équipe pluridisciplinaire, avec des compétences allant de l’ingénierie et de l’informatique appliquées à la gestion de systèmes complexes tels que les satellites et les flottes de drones, aux mathématiques et à la physique pour l’analyse des données acquises et le développement d’applications ». Fabio Gigante pour AeroMorning

AeroMorning.com