Liebherr Aerospace
rossi-aero-mecanique-industrielle
bandeau-liebherr-aerospace-2017-698x86.jpg
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
closing-award-2022-ok15-septembre
LHR_21-03_Aerospace_600x100
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
bandeau-liebherr-aerospace-
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

Prospective : L’industrie aérospatiale et défense dans les années à venir !

La Chronique Aeromorning de Michel Polacco
FacebookTwitterLinkedInPinterest

23 septembre 2022

Ma rédactrice en chef me demande de jouer les Pythies. Prophéties hallucinatoires ! C’est peut être nécessaire tant l’exercice se peut révéler difficile. Personne n’a vraiment été capable de prévoir quand se ferait la reprise du transport aérien à l’issue de la plus lourde frappe de la Covid19. Finalement tout est bien plus rapide que prévu (hors en Asie), et cela pour le meilleur de nos compagnies et industriels du transport aérien qui cherchent des employés de tous métiers à corps et à cris. Alors, en pleine crise et même guerre en Ukraine, doublée des bonds de l’inflation, des pénuries de certains matériaux et certaines denrées, et de l’énergie, comment se projeter dans l’avenir ?
Pourtant, sans doute certains traits se dessinent. Parlons défense en premier lieu. La renaissance de l’OTAN et la disparition précieusement masquée du fragile embryon de défense européenne nous montre le retour de l’Oncle Sam et de ses commerçants sur le continent. Plus de 12 pays d’Europe sont maintenant clients du chasseur F35 américain, qui à ce jour affiche quasiment 3500 ventes, condamnant toute chance de voir un appareil européen voir le jour et engranger des ventes suffisantes pour en amortir le coût astronomique. 21 des 30 membres de l’OTAN sont des pays européens. La crainte les recolle aux américains, comme par le passé. L’Allemagne dès le début de la Guerre en Ukraine a commandé les F35 nécessaires aux forces de l’OTAN qui, chez elle, comme dans plusieurs autres pays européens, portent les armes nucléaires tactiques américaines. Du même coup elle a prévu de commander des hélicoptères de combat Apache AH64 américains à Boeing, renonçant à l’hélicoptère franco-allemand, le Tigre. Sale coup pour Airbus Hélicoptère ! La Pologne, dans la foulée du reste vient de commander 96 Apache ! Solidarité européenne !
Le fameux SCAF, Système de Combat Aérien Futur en gestation entre français et allemands depuis que la France s’est séparée des britanniques ne verra sans doute pas le jour, avec ses gros et petits drones, ses systèmes de combat collaboratifs et son NGF, le « New Generation Fighter » successeur annoncé du Rafale pour après 2040. Vous avez dit Industrie de défense européenne ? Défense européenne ! Ainsi, il en va de même pour l’armement terrestre et naval après que, souvenons-nous, les américains aient soufflé un capiteux marché de sous-marins à l’Australie. Je m’arrête là, les exemples sont nombreux. Il y a quelques jours MBDA se faisait souffler le marché de développement des armements hypersoniques futurs en Europe, ce qui est catastrophique pour la France qui a besoin de coopération pour développer les technologies du successeur de l’Exocet antinavires l’ANS super ou hypersonique, et bien sûr la prochaine génération de missiles pour la composante aéroportée de notre force de dissuasion nucléaire. Si elle ne se partage pas, elle se nourrit de recherches dont il est avantageux de partager le coût ! Ainsi, voir l’article du collectif « Mars » publié par la Tribune*, la France paye sa contribution à l’Europe pour finalement voir ses voisins acheter américain, et paye chez elle pour développer les outils dont elle a besoin. Double addition ! L’hypersonique est clairement une piste d’avenir pour les vecteurs. Ce n’est pas par hasard que les Russes ont mis leurs capacités en avant durant le conflit. Même si leurs capacités sont sans doute limitées, leur compétence est avérée. Et les USA ont attribué un budget de 18 milliards de dollars au développement de dispositifs défensifs, face à ces armes redoutables avec pour objectif 2028. On peut les croire.
La guerre en Ukraine a des effet imprévus (en tout cas par la majorité d’entre nous), car la pénurie d’énergie liée aux sanctions fait taire les préventions écologistes contre les centrales nucléaires, dont de nouveaux chantiers sont lancés, des fermetures retardées, pour éviter le retour au charbon, et pire au gaz de schiste américain qui prend maintenant le chemin de l’Europe, sans qu’après l’avoir mis au banc on ait honte de l’importer à prix d’or ! Du reste, les bruits de missiles et bombes nucléaires qui créent une pénible ambiance de peur en Europe, permettent non seulement de relancer les budgets de défense, mais de réhabiliter la possession des armements nucléaires, voire leur modernisation et leur croissance. Le Royaume Uni a annoncé augmenter son nombre de « têtes » opérationnelles.
Voila succinctement pour l’armement et l’énergie. L’industrie dans ce chaos, qui suit la Covid 19 poursuit ses efforts en matière de décarbonation. C’est pour l’automobile, les transports en général, sauf sans doute les gros tankers et porte conteneurs, mais l’aviation commerciale fait son chemin vers ses promesses pour afficher vert : SAF, carburants non issus des énergies fossiles, électricité, hydrogène, modification des procédures de vol pour réduire les temps de vol, les trainées de vapeur d’eau, le bruit, et tous les rejets dans l’atmosphère. Le projet OCTAVIE, piloté par Thales, l’ONERA, Air France, la (DNA) Direction de la Navigation Aérienne, Airbus, etc. en est une illustration patente qui vise des résultats visibles à court terme. Sûr qu’en 2035, on aura encore fortement réduit les effets nocifs de l’aviation civile sur l’environnement. Et que les promesses de 2050 seront tenues.
Parlons espace. L’avenir de l’ISS, la station Spatiale Internationale est sans doute compromis. C’était prévu. Mais l’affrontement entre l’Ouest et la Russie a tout accéléré et brisé les liens qui ont permis près de 50 années de coopération. Souvenons-nous Apollo/Soyouz, puis pour nous, que Jean-Loup Chrétien, premier Cosmonaute européen, premier francophone et premier français a volé vers Saliout-7 avec les Russes en 1982. Affaire conclue plusieurs années auparavant. Soyouz lancé en Guyane c’est aussi fini. Comme la coopération technique entre Russes et américains qui a permis à ces derniers d’accéder pendant 10 ans à l’espace en l’absence de navette et de vaisseaux. Que fera la Russie dans l’Espace ? Sans doute elle accroitra ses capacités militaires défensives ou offensives, comme la Chine et les USA. Mais c’est la Chine qui va devenir la seconde nation habitant l’espace tandis que les américains vont tenter d’arriver avant les taïkonautes sur la Lune. Un retour pour eux. Mais qui sait s’ils ne trouveront pas des restaurants chinois en arrivant disent certains spécialistes. Les américains ne doivent pas trainer. La fusée SLS et le vaisseau Orion (avec son module de service européen) devrait approcher la Lune dès cette année, et y déposer des astronautes dont une femme et un afro-américain d’ici 3 ans…. Etape avant la station orbitale lunaire puis, plus tard, l’ouverture de la route vers Mars, avec escale ou étape lunaire ! Pendant ce temps, Elon Musk va parvenir à effectuer 100 lancements annuels, sachant que Space X en aura déjà effectué environ 60 en 2022 ! Et l’Europe tente désormais de rendre la prochaine fusée Ariane 6 réutilisable (la coiffe) …. Qui l’eut cru ? Elon Musk et hélas pas à temps pour les européens. Pourtant il y avait des projets et des idées. Mais il a manqué une ambition ou un rêve ! Espérons que cette décennie ne sera pas économiquement fatale aux lanceurs européens VEGA et Ariane-6.
Tout cela en le relisant m’apparait bien pessimiste. Sans doute est-ce nécessaire pour entraîner les rebonds capitaux pour que tous les efforts de tous ces européens, pendant toutes ces années, ne soient pas amoindris ou marginalisés. Ils ne le méritent pas. Et il y a tant de domaines ou l’on excelle. Mais, pour continuer, il faut rester unis …
Michel Polacco.

*SCAF : Système de Combat Aérien Futur (ou FCAS en anglais). Ex programme franco-britannique, il inclut un « New Generation Fighter » (NGF). Programme en coopération Dassault Aviation, Airbus Defense and Space. L’Espagne s’est associée. Devait inclure Drone MALE, essaims de drones, systèmes complexes de commandement et communications, liens de communauté avec forces terrestres et navales… etc.
** Mars : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/hypersonique-mbda-reflechit-a-deposer-un-recours-contentieux-933676.html?xtor=EPR-2-[alerte-info]-20220922&_ope=eyJndWlkIjoiMTYzN2UzNGIwMTMwYTlmOGE3NDc0OTVlMjRiMmU1OWUifQ%3D%3D

AeroMorning.com