Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

Création de l’académie spatiale de Défense

actualités aeronautiques spatiales aeromorning
FacebookTwitterLinkedInPinterest

Signature d’un partenariat pour la création de l’académie spatiale de Défense

Le mercredi 21 juin l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE), la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE-SUPAERO) ont créé la 1e Académie spatiale de Défense (ASD).
L’accord de partenariat a été signé par le Général de division aérienne (GDA) Philippe Adam, Commandant de l’espace (CDE); le Général de brigade aérienne (GBA) Pierre Réal, directeur général de l’École de l’air et de l’espace (EAE) et l’Ingénieur général de l’armement (IGA) Olivier Lesbre, directeur général de l’ISAE-SUPAERO.
Le rapprochement entre les trois entités permet de proposer une offre commune d’enseignements dans les domaines académiques et opérationnels spatiaux. L’ISAE-SUPAERO apporte son expertise dans les domaines scientifiques et technologiques, l’EAE ses compétences scientifiques et militaires et le CDE sa maîtrise des opérations spatiales.

L’ASD proposera les formations spatiales disponibles au sein du ministère de Armées en créant les synergies pour fournir une approche personnalisée et répondant aux nouveaux besoins dans ce domaine. L’ASD contribue ainsi à la stratégie spatiale de Défense, en créant une filière d’expertise spatiale. L’ASD dispensera des formations ciblées, de haut niveau, diplômantes et reconnues, allant des stages courts d’adaptation, à l’emploi aux formations qualifiantes ou diplômantes des grandes écoles d’ingénieurs sous tutelle du ministère des Armées.

L’ASD est ouverte aux partenaires interministériels et étrangers, ainsi qu’aux autres partenaires : Centre national d’études spatiales (CNES), office nationale d’études et de recherches aérospatiales, industriels du secteur.

« L’ASD œuvrera à la constitution d’une filière d’expertise spatiale de défense depuis la théorie jusqu’à la mise en œuvre. Ouverte à une large audience, elle propose des formations dans lesquelles le CDE apportera sa vision des enjeux et des défis à venir pour les opérations militaires » – GDA Philippe Adam, CDE

« L’École de l’Air est devenue en 2021 l’École de l’Air et de l’Espace et fournit depuis les spécialistes du domaine spatial militaire. Participer à l’ASD avec le CDE et ISAE-SUPAERO permet de proposer nos formations dans un contexte international riche en opportunités » -GBA Pierre Réal, Directeur général de l’EAE

« Le secteur spatial connaît une évolution rapide, marquée par des ruptures technologiques et de nouveaux usages. L’ASD répond aux nouveaux enjeux de formation des acteurs du spatial militaire, et l’ISAE-SUPAERO lui apporte toute sa compétence scientifique et son expérience en matière de formation d’ingénieurs civils et militaires » – IGA Olivier Lesbre, directeur général de l’ISAE-SUPAERO

À propos du Commandement de l’espace (CDE)

Le CDE a été créé le 3 septembre 2019 pour améliorer l’efficacité opérationnelle, la cohérence, la visibilité et la simplicité de l’organisation et de la gouvernance du spatial de défense au sein du ministère des Armées. Il présente la particularité d’être à la fois un commandement de l’AAE et un organisme à vocation interarmées. Il reçoit ses directives fonctionnelles du chef d’état-major des armées pour les opérations et la politique spatiale militaire, tandis que le Chef d’état-major de l’AAE exerce le commandement organique. En coopération avec de nombreux acteurs, le CNES contribue à la définition de la politique spatiale militaire et la met en œuvre. Il conduit par ailleurs les opérations spatiales militaires. Jeune commandement, original dans sa forme et ses responsabilités, le CDE incarne la mise en œuvre de la stratégie spatiale de défense et joue un rôle essentiel dans la montée en puissance du spatial de défense.

À propos de l’Ecole de l’air et de l’espace (EAE):

Forte d’un effectif annuel de près de 700 étudiants, l’EAE est une grande école militaire et aéronautique qui forme tous les officiers aviateurs, jusqu’au diplôme d’ingénieur. De cette compétence opérationnelle et académique, elle décline un panel de formations du niveau licence jusqu’au niveau master et doctorat, ainsi que des cursus pratiques sur les drones. Ouverte à l’international, elle permet également une poursuite ou une reprise d’études dans des mastères spécialisés dédiés à un public militaire et civil (MS Cybersécurité des systèmes complexes pour l’industrie et la défense, MS Defense & Security in Space…). Seule ou en coopération avec d’autres grandes écoles et universités, elle permet l’acquisition des compétences propres aux milieux aéronautique et spatial militaire, dans le respect des valeurs éthiques et morales indispensables au leadership de l’officier.

S’appuyant sur un laboratoire de recherche pluridisciplinaire, l’EAE est riche de la variété de ses talents et développe les compétences des chefs militaires de demain qui feront face aux nouvelles menaces.

À propos de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE-SUPAERO):

L’ISAE-SUPAERO, établissement public d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle du ministère des Armées, participe depuis plus de 100 ans à l’excellence de la filière aéronautique et spatiale, et apporte ainsi une contribution significative à la prospérité et à la souveraineté françaises et européennes.

L’institut est leader mondial de l’enseignement supérieur en ingénierie aérospatiale par la richesse de son offre de formation dédiée au domaine (ingénieur, master, Mastère Spécialisé® et doctorat), par l’employabilité de ses diplômés, qui rayonnent dans beaucoup d’autres secteurs, et par leur nombre (plus de 750 diplômés par an, dont 40 % d’internationaux). Capables de maîtriser la complexité des défis des transitions écologique et numérique, des nouvelles mobilités et nouveaux usages de l’espace, ses diplômés sont au cœur des évolutions du secteur aérospatial, civil et de défense

.Mobilisées sur les problématiques des domaines aéronautique et spatial, les équipes de recherche de l’institut se distinguent par la croissance rapide de leur activité scientifique et par la qualité de leur relation avec leurs partenaires industriels (l’institut figure dans le top 25 mondial pour la proportion de publications scientifiques partagées avec des industriels).

Source: MINISTÈRE DES ARMÉES