Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

NAE ( Normandie AeroEspace) prépare l’avenir

NAE ( Normandie AeroEspace) prépare l’avenir
FacebookTwitterLinkedInPinterest

Philippe Eudeline est le Président de la filière d’excellence NAE (Normandie AeroEspace). Il fut aussi Directeur Technologie Innovation de Thales Air Systems jusqu’à l’an dernier et AeroMorning a eu le plaisir de lui demander de nous expliquer le principe d’une filière/cluster et comment fonctionne NAE dans laquelle il est très investi depuis 1998.

AeroMorning: Philippe Eudeline, vous êtes le Président de NAE, combien de membres comptez-vous et de quelles entités est composé le cluster?

Philippe Eudeline: Tout d’abord présentons ce qu’est un cluster : c’est un groupement (cluster en anglais) qui a pour mission d’accompagner les acteurs de la filière aéronautique et spatiale, en général situés dans une région donnée, et de faciliter le développement de leurs activités.

Normandie AeroEspace, qui a été créée en 1998, compte aujourd’hui 172 membres, principalement des industriels, des startups, des ETI, des grands groupes, des PME-PMI et des laboratoires de recherche. Nous comptons 20 établissements d’enseignement supérieur, des aéroports (4), la base aérienne 105 à Evreux, et le centre d’essais de la DGA (Direction Générale de l’Armement) de Val-de-Reuil. Géographiquement on retrouve une grande concentration de nos industriels autour de l’axe Seine, où se situe d’ailleurs la plus ancienne entreprise aéronautique, REVIMA, créée en 1916, loin du front, pour fabriquer des hydravions ; ArianeGroup est installée à Vernon, Safran Nacelles est au Havre.

Il n’y a pas de concentration sur une ville et ses environs comme à Toulouse par exemple. Nos membres sont répartis sur nos 5 départements.

Pour nous il est important d’avoir de bonnes relations avec les institutionnels de notre territoire afin de travailler collectivement avec les entreprises pour préparer l’avenir ; que se soit en terme d’innovation / technologies que pour les ressources humaines nécessaires.

Notre activité est organisée autour de 5 axes:

L’emploi,la formation & l’orientation, le business & l’international, la Recherche Technologie & Innovation, la compétitivité et la communication.

La Recherche Technologie et Innovation (RTI) chez NAE s’est particulièrement développée depuis une dizaine d’années

Nous avons monté des plateformes sur tous les territoires de Normandie pour permettre aux industriels de travailler sur des nouvelles technologies.

Nous avons notamment mis en place 3 plateformes sur la fabrication additive (métal et polymères). Avec ARKEMA qui fournit les poudres, nous avons monté une première plateforme avec des imprimantes 3D pour former les PME mais aussi les étudiants à l’utilisation de ces machines, afin de mieux appréhender ces technologies. Nous avons aussi monté une plateforme avec Francofil sur la FA par dépôt de fil, et une troisième sur les polymères. Une quatrième plateforme sur le métal est en préparation.

L’idée est de fédérer, mettre en place les moyens afin qu’ils s’équipent eux-mêmes ensuite pour satisfaire leurs besoins. Nous les aidons à mettre le pied à l’étrier.

C’est en même temps un axe fort de la décarbonation.

En ce qui concerne les drones, nous avons collaboré à la mise en place du Centre d’Innovation Drones Normandie (CIDN), qui fédère l’ensemble des acteurs qui touchent de près ou de loin aux drones (télépilotes, revendeurs, développement de capteurs, solutions logicielles…), pour répondre aux besoins des entreprises pour des applications industrielles.

Nous l’avons lancé avec l’objectif que les drones aériens, terrestres et navals deviennent un axe fort de NAE.

Le 3ème axe, c’est la fiabilité des systèmes électroniques embarqués, où nous travaillons au niveau national avec le Centre Français de Fiabilité qui regroupe l’ensemble des experts français sur ce domaine très pointu.

AeroMorning: Comment réussissez vous à fédérer et animer la filière normande et quelles actions menez-vous en ce sens?

Philippe Eudeline : Aujourd’hui notre stratégie de recherche et développement est de faire des démonstrateurs pour communiquer.

Au Salon du Bourget, nous avions un stand de 800 m2 avec un espace vitrine technologique appelé “Demotech” où une dizaine de démonstrateurs étaient présentés. Les industriels présentaient leurs innovations dans un ensemble et cela a eu un succès énorme. Par exemple, nous avons exposé un moteur thermique transformé en moteur à hydrogène et nous avons vu défiler nos pépites normandes telles que FEV pour le développement des motorisations, SAB Industries avec ses canalisations (300 bar de pression), CORREGE et ses capteurs…

L’idée est de mettre en commun les compétences de plusieurs industriels sur un même produit et faire en sorte de montrer que les membres de NAE contribue à la décarbonation de l’aviation.

Un deuxième axe fort, l’emploi,la formation et l’orientation

Depuis sa création, NAE s’est attachée à trouver les bonnes compétences pour ses membres. Et avec l’augmentation des cadences chez Airbus par exemple, cette mission s’est accentuée. NAE dispose au sein de son équipe d’une personne à temps complet sur cette activité.

De nombreuses actions sont menées:

  1. Convaince les jeunes d’aller vers l’industrie. Ainsi NAE a mis en place un partenariat avec le rectorat et l’agence des
  2. Métiers et de l’orientation de la Région. Le cluster se déplace dans les collèges et les lycées pour sensibiliser la jeunesse aux métiers des industriels normands.
  3. Un « serious game » pédagogique très ludique a été développé pour lequel des avis très positifs ont été recueillis.
  4. Le cluster a noué un partenariat avec l’association FACE qui utilise ainsi le « serious game » pour aider à faire comprendre aux jeunes quels sont les métiers du cluster.
  5. Au salon du Bourget , Philippe Eudelien rappelle que « NAE a fait venir 30 bus avec 1500 jeunesqui ont pu voir un ensemble de métiers, ont été pris en photo avec la Première Ministre venue sur le stand NAE pour leur plus grande joie et cela les a marqués. Nous ne savons pas ce que cela va donner après, mais nous semons avec la conviction que cela va certainement donner des résultats!”
  6. Le cluster NAE organise aussi des challenges chaque année avec des collèges et lycéens. Philippe Eudeline ajoute: “J’ai été impressionné par la motivation de certains jeunes; par exemple, à Dieppe, ils avaient 3 minutes pour faire un « pitch » (une présentation d’un idée ou d’un projet), ils ont réussi à faire 2,59 mn. Pour piloter leur drones, ils ont appris en peu de temps à programmer en langage python, un nouveau langage informatique. C’est une jeune fille qui a présenté le projet. On ne sera pas surpris de voir ces jeunes devenir ingénieurs, ils étaient si motivés et fiers de montrer ce qu’ils avaient accompli. « Si on donne l’envie, le résultat sera là pour ceux qui s’engagent, qui ont une passion, qui font de vraies découvertes non pas avec des slides et des présentations Powerpoint mais en touchant du doigt les produits et les outils.”
  7. NAE participe à la promotion du BIA – le Brevet d’Initiation en Aéronautique – en partenariat avec le rectorat, et a décerné plus de 800 diplômes cette année. Tous ont volé dans les aéroclubs et ont en général un vrai attrait pour les métiers de l’aéronautique.
  8. Pour la promotion des activités de ses membres, NAE participe à bon nombre de salons emploi/formation/orientationet encourage les industriels à amener des pièces de leur production sur leurs stands.

NAE récupère également les fiches de postes de ses membres, trie les CV, diffuse les CV qualifiés, ce qui, pour ses adhérents, est un gain de temps non négligeable.

Une filière bien organisée, la cybersécurité

Au sein de NAE la cybersécurité qui est une activité aussi bien organisée. Beaucoup de formations sont fournies à nos membres. La DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) forme aux risques et indique les précautions à prendre. La DRSD (Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense) fait passer tous ces messages avec des témoignages de membres qui ont été atteints, via des arnaques aux produits, des « ransonmwares », afin de faire “toucher du doigt” les problèmes qui peuvent subvenir en matière de cybersécurité.

En ce qui concerne le recrutement de ses membres, NAE a un processus d’adhésion strict et reconnu comme cluster d’excellence.

Les critères d’excellence pour intégrer le réseau sont les suivants:

  1. Avoir minimum 20% de chiffre d’affaires dans les secteurs aéronautique / spatial / défense /sécutité
  2. Détenir des certifications qualité ISO9000 et/ou EN9100. NAE peut conseiller ses membres dans leurs démarches pour les obtenir durant une période probatoire de un à deux ans.
  3. Une rencontre est organisée avec le dirigeant candidat. Il lui est demandé ce qu’il vient chercher, ce qu’il peut apporter et s’il est bien prêt à s’impliquer. Philippe Eudeline déclare: “Nous sommes très clairs dès le départ en disant au candidat au réseau que s’il adhère c’est qu’il accepte de s’impliquer Et de signer la Charte Ethique NAE.
  4. Une enquête d’honorabilité de l’entreprise est menée afin de veiller qu’elle soit conforme à la loi.
  5. Et enfin les équipes veillent à la santé financière de l’entreprise à son entrée afin que celle-ci ne puisse faire défaut. Philippe Eudeline et ses équipes y portent une attention particulière.Le cluster NAE essaie d’intégrer des entreprises qui ont des savoir-faire complémentaires. Il arrive qu’il y en ait qui soient concurrentes mais le cluster préfère les accepter afin que leur activité reste sur le territoire.

Philippe Eudeline décrit l’état d’esprit du cluster: “Depuis 2009, nous avons pu constater que les membres se connaissent maintenant très bien et qu’entre eux il y règne une très bonne ambiance lors des réunions.”

En ce qui concerne les besoins de recrutement de personnel des membres du Cluster

Les postes les plus recherchés aujourd’hui sont pour un tiers des postes d’opérateurs, pour un autre tiers des postes de techniciens qualité, des agents de maîtrise, des chefs de ligne, et pour un tiers des postes d’ingénieurs spécialisés pointus. Le territoire normand a une grande variété d’écoles telles que l’INSA Rouen, l’ESIGELEC sur l’électronique, l’ENSI Caen, les facultés de Rouen, Caen, Le Havre, et le CESI pour la robotique entre autres et les laboratoires de recherche.

Depuis le COVID, la situation s’est améliorée car la région parisienne attire moins, les talents restent en Normandie ou reviennent de Paris, au grand bonheur des entreprises normandes.

Aeromorning : Que fait le Cluster pour aider à l’accès aux financements étatiques ou européens de ses membres ? Quels sont vos liens avec les pôles de compétitivité ?

Philippe Eudeline: En ce qui concerne les dossiers de financements, souvent décourageants de complexités, nous co-finançons, au cas par cas, un consultant spécialisé pour les aider à monter leurs dossiers afin qu’ils aient une chance d’avoir le support des Préfectures et d’arriver jusqu’à Bercy.

Citons l’exemple de France Relance 2030 qui est un plan d’investissement lancé par le gouvernement il y a 2 ans avec 54 milliards d’euros. Ce plan doit permettre de rattraper le retard industriel français, d’investir massivement dans les technologies innovantes ou encore de soutenir la transition écologique.

Initialement avec France Relance, nous avons fait la publicité auprès de nos membres mais cela n’a pas fonctionné car nos membress n’avaient pas bien compris qu’ils pouvaient être bien subventionnés. Nous avons alors sollicité le Préfet pour une réunion tous les vendredis matin afin de pouvoir correctement assurer le suivi de ces demandes de subventions. Nous avons pris cette mission à bras le corps et il en a résulté le montage de 34 dossiers de subventions pour nos membres, financés par France Relance.

Pour ce qui est de notre relation avec les pôles de compétitivité, nous collaborons avec bon nombre d’entre eux comme par exemple avec le pôle Astech, qui est le pôle de compétitivité aéronautique en Ile de France. Nous avons aussi l’occasion de rencontrer tous les autres pôles et clusters lors des réunions de tous les acteurs aéronautiques organisées par le GIFAS dans une très bonne ambiance. Il n’y a pas ce qu’on peut appeler de concurrence entre nous car nos compétiteurs sont à l’international. En France, nous devons nous serrer les coudes pour assurer notre avenir et nous en avons pleinement conscience aujourd’hui.

Je tiens à souligner que les actions que nous avons entreprises au sein du NAE n’auraient pu se faire sans le soutien de la Région Normandie que nous remercions et avec laquelle nous avons un contrat triennial de 2,8 Millions d’euros sur 3 ans. Le Président de Région, Monsieur Hervé Morin, se bat chaque jour pour aider les entreprises de la région, nous apporte tout son support. Nadia Didelot pour AeroMorning

.