Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr

Inauguration FAL A320 chez Airbus

FacebookTwitterLinkedInPinterest

L’inauguration de la chaîne d’assemblage final de l’A320/A321 le 10 juillet 2023 à 30 degrés à l’ombre a été un événement très important pour Airbus, Toulouse, la Région Occitanie, et la France, rehaussé par 4 ministres: ministre de l’Économie et des Transports Bruno Le Maire, le ministre délégué chargé des transports Clément Beaune, le ministre délégué chargé de l’Industrie Roland Lescure, la ministre déléguée chargée des collectivités territoriales, la Lauragaise, Dominique Faure. A cela s’ajoutaient des orateurs de premier plan et des invités de marque de l’industrie aéronautique et de nombreux institutionnels, parlementaires, associations et acteurs économiques.

Une ouverture de chaîne très importante pour l’économie locale et le secteur aérospatial de la région et de France.

Cette installation à la pointe de la technologie et de l’innovation, située dans un complexe historique, en lieu et place de l’A380 qui y était construit représente l’aboutissement de nombreuses années d’innovations et de collaboration entre toutes les usines toulousaines du groupe de Saint-Eloi à Lagardère en passant par Saint-Martin du Touch. Une « famille industrielle », une équipe engagée de 450 personnes pour l’assemblage et la mise en vol et qui va contribuer à ce que l’avionneur Airbus puisse produire 75 avions par mois en 2026.

La série A320/A321 étant l’une des familles d’avions les plus vendues au monde, Airbus a décidé d’investir pour cette famille d’appareils qui pourra désormais être produite à Toulouse, sur cette ligne d’assemblage innovante et conforme à son engagement en faveur du développement durable et de la réduction de l’empreinte carbone.

Marion Smeyers, passionnée d’industrie et européenne convaincue affirme sa fierté d’ouvrir, en France, une telle ligne d’assemblage. Chargée de lancer cette nouvelle FAL (Final Assembly Line = chaîne d’assemblage) Marion a expliqué que la chaîne est digitale, innovante et centrée sur l’humain. Co-dessinée avec des salariés de l’entreprise et compagnons dont l’assemblage est le métier, ces compagnons et salariés ont été acteurs et architectes de cette installation. Doté d’une telle capacité de production, Airbus est prêt à répondre à la demande croissante d’avions A320/A321, consolidant ainsi sa position de leader du secteur.

Cette ligne d’assemblage, c’est à la fois l’excellence, les techniques de fabrication de pointe, mais c’est également un investissement important et impactant dans la Région Occitanie, créant des opportunités d’emploi et contribuant à la croissance économique et à la prospérité de tous au moment où le transport aérien redécolle, et les ventes d’avions avec. Elle renforce la prédominance de la Région Occitanie en tant que plaque tournante de la construction aérospatiale et de l’avion écologique. Un grand moment pour le territoire régional et français et aussi un maillon fort pour l’Europe.

L’inauguration a permis de voir l’infrastructure et les processus de pointe qui révolutionneront l’assemblage des avions. Ce fut l’occasion de mettre en évidence les techniques de fabrication avancées, les mesures de contrôle de la qualité et les pratiques durables qui seront mises en œuvre sur cette chaîne d’assemblage, en rodage encore quelques mois.

Pour répondre au défi du « ramp up » (augmentation de cadences) cette évolution est importante pour Airbus, mais aussi pour les compagnies aériennes du monde entier, qui cherchent à renforcer leur flotte et à répondre à l’augmentation du nombre de passagers.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, a souligné la fierté des habitants de la région pour l’aéronautique et pour Airbus son fleuron, au patrimoine régional depuis 50 ans. Elle a affirmé que l’avion est un trait d’union entre les peuples, et qu’il en va des responsabilités politiques de faire plus et encore mieux pour structurer la filière, en formant et en investissant dans la recherche et le développement, en misant notamment sur les volets majeurs que sont l’hydrogène et les carburants durables.

La Présidente Carole Delga adepte de la métaphore a comparé la ligne d’assemblage comme « Une ligne d’assemblage, une ligne de vie, une main tendue vers le progrès, vers un monde de réconciliation, de renouveau démocratique et de conciliation entre avancées technologiques et humanisme, intérêt général et bonheur de chacun ; Un espoir pour tous, sur tous les continents, dans un monde meilleur ».

Clément Beaune, Ministre des Transports, également présent, a rappelé les bons chiffres d’Airbus au Salon du Bourget, et notamment la commande de la compagnie indienne Indigo pour 500 avions, en rappelant la capacité d’Airbus et de toute la filière aéronautique à innover et à produire, considérant qu’Airbus, au même titre que l’Euro, est à ajouter au panthéon de l’Europe. Et selon le Ministre Clément Beaune, Toulouse incarne l’esprit pionnier et de conquête qu’il dit manquer parfois à l’Europe. Le Ministre des transports rappelle qu’un soutien significatif de 300 millions d’euros pour la filière est prévu chaque année via le CORAC jusqu’en 2030 pour apporter des solutions concrètes à toute une industrie qui se décarbone, qui se transforme. Plutôt que la décroissance et le repli précisa-t-il en ajoutant que la nouvelle chaîne d’assemblage est une pierre importante de cet édifice à la décarbonation.  

Enfin il souligne l’importance et le besoin du rêve pour mener les grandes transformations, et cite justement l’histoire de l’aéronautique, du projet européen comme un rêve dont nous avons besoin pour, dit-il, transformer nos vies, nos industries, nos économies.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances a énoncé dans son discours que la stratégie du gouvernement était la réindustrialisation et en ce sens le soutien du gouvernement à la ligne d’assemblage final représente un engagement en faveur du développement durable. Airbus a mis en œuvre diverses mesures écologiques sur l’ensemble du site, telles que des systèmes à haut rendement énergétique et des initiatives de réduction des déchets. En donnant la priorité au développement durable, Airbus démontre sa volonté de minimiser son empreinte environnementale et de promouvoir une industrie aéronautique plus verte, condition de son acceptabilité.

Le ministre de l’Economie et des Finances, a démarré son discours avec une remarque sympathique à l’attention des salariés à qui il donne bon courage d’affronter de futures cadences infernales, avant d’adresser un message amical à Airbus disant que 2 fois plus de commandes cette année pour Airbus que pour Boeing méritait d’être fiers tant au niveau national qu’au niveau européen. Il a déclaré « la France peut et doit être la première économie verte en 2050. La recette est simple, suivre le modèle Airbus : former, produire, et innover. Innover sans cesse car, dit-il « c’est l’innovation qui permet de décarboner. Et une industrie verte suppose de réindustrialiser. Nous allons vers une industrie aéronautique plus verte, qui est la condition de son acceptabilité.  Notre objectif est de construire une nation de production, de progrès, le pouvoir d’achat ne se fera pas par plus de redistribution, elle se fera par plus de production. »

Il ajoute que la réindustrialisation c’est 250 000 emplois directs, et affirme son soutien total à cette industrie aéronautique et à ses salariés.

Il ajoute que La France a fait des gestes forts en faveur de l’aéronautique à une condition cette fois, que les succès d’Airbus profitent à toute une filière de PME, PMI, très petites entreprises françaises, « leur vie en dépend, et une attention particulière devra être donnée aux sous-traitants d’Occitanie et de France en général ». Nadia Didelot pour AeroMorning