Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Collins aerospace aeromorning 2024
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
collins-aerospace-aeromorning-2024
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
crowdfunding-limatech-2024
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
crowdfunding-limatech-2024-fr
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

Héméria, société française à la conquête de l’Espace

FacebookTwitterLinkedInPinterest

Présentation de la société HEMERIA par Mr Nicolas MULTAN CEO de l’entreprise

AeroMorning: Bonjour Nicolas, pouvez-vous nous présenter votre société HEMERIA avec son historique ?

Nicolas Multan: HEMERIA a été créé en 2019. Nous étions auparavant NEXEYA qui est un groupe industriel à dominante électronique avec plus de 30 ans d’expérience. En 2019 les actionnaires ont décidé de céder NEXEYA à la société allemande HENSOLDT. Au moment de la cession, l’Etat français ayant un droit de regard, a alors décidé d’un isolement du deal, des activités souveraines alors relocalisées au sein d’HEMERIA, créée donc pour l’occasion. La vente de NEXEYA avec ce nouveau périmètre sensiblement réduit à la société étrangère HENSOLDT a ainsi pu avoir lieu.

Nicolas Multan, CEO HEMERIA

La société HEMERIA a aujourd’hui un package d’activités bien supérieur à celui lors de sa création en Juin 2019. L’actionnariat est représenté à 75% par les fondateurs historiques et le management, des Family Offices et la BNP Paribas détiennent les 25% restants.

HEMERIA est donc une entreprise française presque familiale, une aventure de longue date, qui compte aujourd’hui 400 personnes sur 4 sites (Paris, Angoulême, Toulouse et Ayguesvives) pour environ 60 millions d’euros de chiffre d’affaires.

AeroMorning : HEMERIA est dans le secteur civil et militaire.  Quelle est la répartition aujourd’hui ? Dans le civil et dans le militaire quelle est l’activité principale de chaque secteur ?

Sans parler des activités sensibles et se concentrant sur le ciel et l’espace, nous avons plusieurs typologies de produits pour le civil, la défense et la sécurité.

Nous avons la capacité historique à faire des sous-équipements spatiaux pour les grands fabricants de satellites européens.  On retrouve ainsi des composites, des harnais, des panneaux solaires, des couvertures thermiques, etc…Nous sommes aussi capables de proposer à nos clients une gamme de nano- satellites de 30 à 100 kilogrammes devenant ainsi le premier constructeur français de nano -satellites.

HEMERIA a aussi récemment ajouté une expertise additionnelle en rachetant fin novembre 2022 CNIM Air Space, le leader européen des ballons stratosphériques ou captifs.  En effet satellites et ballons peuvent être complémentaires pour l’observation de la Terre, les missions scientifiques, la surveillance des frontières ou de zones définies, pour des télécommunications (cryptées ou non) et de l’IoT (Internet of Things), etc

HEMERIA développe ainsi dans le cadre du plan gouvernemental France Relance pour le compte du CNES le projet Balman, un ballon stratosphérique manœuvrant. Il s’agit d’un ballon capable de piloter sa trajectoire dans la stratosphère. « Ce produit ne dérivera pas dans la stratosphère et restera stable sur zone pendant plusieurs mois durant », a expliqué Nicolas Multan. L‘objectif pour HEMERIA est avoir un premier produit opérationnel dans la stratosphère début 2025.

HEMERIA produit aussi l’ HYPERION, un système compact électro-optique de trajectographie à hautes performances, capable de suivre des cibles à dynamique élevée et de capturer des informations temporelles de position. Fiables, ces équipements sont employés quotidiennement dans les centres d’essais de missiles et d’aéronefs pour assurer l’observation et la trajectographie des mobiles en vol.

Enfin HEMERIA forte de ses expertises d’observation a créé la start-up Blue Water Intelligence (BWI), société française dans le domaine de l’eau.  BWI fournit à ses clients des prévisions sur les niveaux d’eau, les débits et la qualité de l’eau pour les masses d’eau de surface dans le monde entier. Ce qui est très utile pour les services de prévision des centrales hydroélectriques au fil de l’eau, la gestion des risques par les pouvoirs publics, les assurances.

Aujourd’hui HEMERIA a 60% d’activité défense et 40% civiles au niveau de ses divisions.

AeroMorning: Qui sont vos concurrents  ?

HEMERIA n’a pas en face d’elle une société avec une palette de métiers équivalents mais il existe de très nombreux concurrents par métiers, sur une multitude de produits. On peut citer sans être exhaustif : Latécoère Interconnection Systems, Beyon Gravity, APCO, GomSpace, NanoAvionics, Loft Orbital, Blue Canyon Technologies, Telespazio, Thalès sur les équipements, Safran pour les systèmes de trajectographie, Cegelec Défense, NURJANATECH; On le voit la liste est longue…

En fait HEMERIA est une société française agile, à taille humaine, très à l’écoute de ses clients, profondément technologique et positionnée sur des métiers porteurs, ce qui lui permet de se développer sur le civil et le militaire face à une concurrence nombreuse.

Comment voyez-vous le futur d’HEMERIA. Quels sont ses objectifs, ses défis, les limites techniques ?

HEMERIA a l’objectif de doubler la taille de l’entreprise dans les 5 prochaines années.

Pour cela et sur le militaire, HEMERIA veut renforcer sa position auprès des primes de défense français pour continuer à être présent sur des grands programmes, les gros projets, comme les sous-marins, les porte-avions, et encore plus présent demain.

Dans l’observation civile ou militaire, HEMERIA souhaite être un des leaders dans le monde nano-satellitaire et pour cela va mettre 25 satellites en orbite au début de l’année prochaine. Et pour les ballons, HEMERIA entend développer Balman et toute une gamme de ballons captifs.

L’intelligence artificielle est un élément qu’il nous faut considérer dès maintenant, la croissance des besoins de cybersécurité et de l’aspect « green » dans la conception de nos produits.

Tout cela passera éventuellement par de la croissance externe et la participation de la société à la consolidation de base industrielle et technologique de défense (BITD) et l’écosystème des startups du New Space.

Un autre élément important à considérer sont les relations humaines dans la société.

HEMERIA employant 400 personnes sur 4 sites, elle a encore une taille qui permet des contacts faciles et personnels au sein de l’entreprise. Cela crée un climat de travail favorable sachant que la nouvelle génération a un attachement à la société qui l’emploie très différent des générations précédentes (heures supplémentaires, tolérances, augmentations, passion, challenges)

Le télétravail, le garage à vélo, le baby-sitting sont importants dans son choix et HEMERIA le prend en compte. La société essaie de donner un sens au travail demandé, il y a des parcours d’adaptation de connaissances, des pots réguliers pour célébrer les succès ou les sorties de situations compliquées, un forum d’échanges entre divisions. L’important dans ce contexte est de savoir créer un état d’esprit, une marque employeur afin de pouvoir garder le personnel alors que le marché de l’emploi est très dynamique et que chaque employé partant emporte avec lui un gros acquis de connaissances. Ce challenge HEMERIA entend le relever comme tous les autres. Nadia Didelot pour AeroMorning