Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
Collins
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr
Collins
AirFormation centre de formation Aeronautique
Collins
AirFormation-e-learning-centre-formation-aeronautique
previous arrow
next arrow

Des F-16 vers la Turquie

actualités aeronautiques spatiales aeromorning
FacebookTwitterLinkedInPinterest

Les États-Unis procéderont au transfert des F-16 vers la Turquie avec l’approbation du Congrès

L’administration du président américain Joe Biden procédera au transfert des avions de combat F-16 vers la Turquie en consultation avec le Congrès, a déclaré mardi le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, au lendemain du feu vert donné par Ankara à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. La Turquie, qui a été le principal obstacle à l’adhésion de la Suède à l’Alliance atlantique, a demandé en octobre 2021 d’acheter pour 20 milliards de dollars de chasseurs Lockheed Martin F-16 en configuration Block 70/72 « Viper » et près de 80 kits de mise à niveau Viper pour ses avions de combat F-16 Block 50/Block 50+ déjà en service.

L’accord comprendrait également 900 missiles air-air et 800 bombes. À la mi-mai, l’armée de l’air turque (Türk Hava Kuvvetleri) a reçu son premier F-16 Block 30, qui a été modernisé grâce au projet Özgür développé localement par TUSAŞ/TAI – Turkish Aerospace Industries. Après cette modernisation, le chasseur F-16 a été porté au niveau de la version Viper Block 70/72, mais sans le soutien des États-Unis. L’avion peut utiliser des missiles de fabrication turque, dont le Merlin et le Peregrin, qui remplacent l’AIM-120 AMRAAM.

La Turquie a mis à niveau le premier de ses chasseurs F-16 Block 30TM, mais les appareils standard Block 40 et Block 50 seront également mis à niveau dans un avenir proche, après 30 à 35 appareils Block 30. Au total, plus de 200 appareils devraient être modernisés. Outre les Block 30, la Turquie possède également 102 F-16 Block 40M livrés en 1990-95, 71 F-16 Block 50M et 29 F-16 Block 50+ livrés entre 1996 et 1999.

L’un des éléments clés de l’ÖZGÜR est le nouveau radar AESA « MURAD » développé par Aselsan et capable de suivre des cibles dans l’air, sur terre et en mer. Le radar sera intégré dans les avions dans un avenir proche. Le radar AESA « MURAD » devrait être utilisé non seulement sur le F-16 ÖZGÜR, mais aussi sur le drone AKINCI. En outre, le chasseur F-16 « ÖZGÜR » a reçu un nouveau cockpit numérique, qui permet d’afficher des informations de mission supplémentaires sur le casque du pilote en mode de réalité augmentée. Le programme ÖZGÜR comprend également l’installation de l’équivalent turc du système Link 16, mais aucun détail n’a été communiqué jusqu’à présent.

S’exprimant avant le sommet des dirigeants de l’OTAN en Lituanie, M. Sullivan a déclaré que M. Biden avait clairement soutenu le transfert des F-16 à la Turquie. « Il n’a pas émis de réserves à ce sujet… il a l’intention de procéder à ce transfert », a déclaré M. Sullivan aux journalistes, sans donner de détails sur le calendrier. La date du transfert des F-16 et de l’entrée de la Suède dans l’OTAN reste donc incertaine. Le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, a déclaré qu’au cours des dernières semaines, le secrétaire d’État Antony Blinken s’était entretenu avec le ministre turc des affaires étrangères, Hakan Fidan, et avec des membres du Congrès, dont M. Menendez. « Et comme le conseiller à la sécurité nationale l’a dit aujourd’hui, nous allons procéder à cette vente, qui doit être approuvée par des membres clés du Congrès », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Toutefois, M. Blinken aurait également insisté auprès de M. Fidan sur l’adhésion de la Suède à l’OTAN lors d’appels téléphoniques mercredi et samedi, selon le département d’État. M. Blinken s’est entretenu avec M. Fidan lundi, quelques heures avant que le président turc Tayyip Erdogan n’annonce qu’il approuvait l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Mais les tensions entre la Turquie et la Grèce, qui souhaite acheter des F-35 aux États-Unis, pourraient soit constituer un obstacle à la vente de F-16, soit permettre à Athènes d’obtenir ses 24 avions de cinquième génération en compensation de la livraison de nouveaux F-16V à Ankara. Fabio Gigante pour AeroMorning