... Replica watches
atr-aeromorning-banner-accueil-698x96
enac-aeromorning-en
LHR_21-03_Aerospace_600x100
collins-aerospace
atr-aeromorning-banner-accueil-698x96
Collins
previous arrow
next arrow

2 Mission Pégase 23

News actualites aeromorning

SOMMAIRE

ÉDITO DU CEMAAE …………………………………………………………………………………… 4
ENJEUX DE LA MISSION PÉGASE 23 …………………………………………………………….. 6
PRÉSENTATION DE LA MISSION PÉGASE 23 ………………………………………………….. 8
PROJECTION DE PUISSANCE JUSQU’AUX PORTES DU PACIFIQUE …………………… 10
FORCES DE SOUVERAINETÉ : FANC ET FAPF …………………………………………………. 12
EXERCICES D’INTEROPÉRABILITÉ EN INDOPACIFIQUE……………………………………… 14
ÉTAPES VALORISÉES……………………………………………………………………………………. 16
LES MOYENS ENGAGÉS ……………………………………………………………………………… 20
L’ARMÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE………………………………………………………………….. 28

MISSION PÉGASE 2023

ARMÉE DE L’AIR & DE L’ESPACE

4 Mission Pégase 23
En à peine plus d’un siècle,
l’arme aérienne a changé le
caractère de la guerre.
Ses qualités intrinsèques
de réactivité, de puissance,
d’allonge et de réversibilité
en ont fait un outil de combat
remarquable au service de la
défense de la France et de ses
intérêts.
Pour autant, la puissance
aérienne mise en œuvre par
l’armée de l’Air et de l’Espace
va bien au-delà des opérations.

En compressant l’espace
et le temps, elle permet de
rapprocher les peuples tout
en véhiculant les valeurs
que nous défendons. En ce
sens, la puissance aérienne
accompagne la diplomatie.
Une illustration de cette
particularité est le prochain
déploiement PÉGASE qui, fin
juin 2023, verra la projection
de 10 Rafale, 5 MRTT et 4
A400M à plus de 18 000 km de
l’hexagone.

Après avoir rejoint Singapour
et la Malaisie en moins de 36h,
le dispositif se séparera pour
multiplier les effets :
• participation à un continuum
d’exercices américains de
grande ampleur à partir de
l’île de Guam ;
• participation des A400M
et des MRTT à plusieurs
activités au bénéfice des
forces stationnées en
Polynésie et en Nouvelle
Calédonie ;

ÉDITO DU CEMAAE
PÉGASE : les ailes de la diplomatie française en Indopacifique

Le général d’armée aérienne
Stéphane Mille est le chef
d’état-major de l’armée de l’Air
et de l’Espace.

• nombreuses escales
valorisées afin de
renforcer nos liens et notre
interopérabilité avec nos
principaux partenaires
et voisins de la région
(Malaisie, Singapour,
Indonésie, Corée du Sud,
Japon, Qatar, Djibouti).
Car la France est une nation
riveraine de l’Indopacifique.
Elle démontre à travers PÉGASE
à la fois sa souveraineté et son
ouverture vers le monde.

La projection d’un dispositif
aérien d’envergure en
Indopacifique est donc
une opération de première
importance pour l’armée de
l’Air et de l’Espace, amenée à
être reconduite à l’avenir.

6 Mission Pégase 23
La France, nation souveraine de
l’Indopacifique avec ses territoires et
près de 2 millions de ressortissants,
est une puissance d’équilibres et un
partenaire diplomatique et militaire de
premier plan, résolument engagé pour
la stabilité dans la région.
Disposant de la deuxième Zone
économique exclusive (ZEE) mondiale,
du fait de ses Outre-mer dans la région,
la France concourt à la préservation de
la liberté de circulation et à l’accès aux
espaces communs, dans le respect du
droit international.
Dans un contexte géopolitique en
proie à l’incertitude, la France multiplie
les opportunités d’échange et de
coopération avec ses partenaires afin
de développer une capacité de réaction

commune face aux crises qui se font
jour.
Souhaitant garantir sa souveraineté et
celle de ses partenaires régionaux, la
France assure une présence continue à
travers un engagement régulier de ses
forces armées qu’illustre la troisième
édition du déploiement de l’armée de
l’Air et de l’Espace avec PÉGASE.
La capacité de projection de l’armée de
l’Air et de l’Espace permet à la France
de rallier les antipodes en moins de 72h.
En autonomie complète ou bien avec
l’appui de ses partenaires, la projection
de puissance dans la zone témoigne
de l’aptitude de la France à intervenir
sous court préavis à plusieurs milliers
de kilomètres de la métropole au profit
de ses territoires et de ses partenaires,

pour faire face aux différentes crises et
sources d’instabilités régionales.
À travers la mobilisation d’un réseau
diplomatique et opérationnel fiable,
entretenu au fil des déploiements,
la France exprime sa singularité
dans son approche partenariale,
essentielle à la stabilité sécuritaire
dans un environnement complexe et
concurrentiel.
Aujourd’hui avec PÉGASE 23, demain
avec le renforcement des capacités

stratégiques et d’aérotransport inter-
théâtres, l’armée de l’Air et de l’Espace

illustre l’autonomie stratégique
française.

ENJEUX DE LA MISSION
PÉGASE 23

« Alors que l’Indopacifique se trouve au cœur de la croissance économique mondiale et
revêt une importance géostratégique accrue pour les années à venir, nous réaffirmons
notre engagement respectif à y agir comme acteurs clés de la région en raison du
nombre de nos ressortissants, de nos capacités militaires déployées et de l’étendue de
nos territoires. Nous estimons nécessaire de poursuivre notre dialogue sur la sécurité
régionale, particulièrement en matière d’échange d’informations, de promotion de
la coopération régionale et de coordination de nos déploiements navals et aériens,
afin de préserver les espaces de souveraineté, l’accès aux ressources et la liberté de
navigation. Nous travaillerons de concert avec nos alliés et partenaires de la région
afin de promouvoir un Indopacifique libre et ouvert, résilient, sûr et prospère.»
Déclaration conjointe d’intention entre le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, et le
Secrétaire à la Défense des États-Unis d’Amérique, Llyod Austin le 30/11/20221

1 https://www.defense.gouv.fr/actualites/declaration-conjointe-dintention-entre-france-etats-unis-reflet-dune-vision-partagee-defense

PRÉSENTATION DE LA MISSION
PÉGASE 23


L’un des modes d’action des armées
françaises, découlant de la stratégie militaire
de défense, consiste en la conduite régulière
d’opérations de projection de forces et de
puissance. Cette année, entre le 25 juin et
le 3 août, l’armée de l’Air et de l’Espace
déploie depuis la France métropolitaine une
vingtaine d’aéronefs au plus près de ses
territoires de l’Indopacifique, sous le nom de
mission PÉGASE 23.
L’ensemble de la mission, notamment grâce
à ses escales, est à envisager sous trois axes
de diplomatie aérienne :
• stratégie de partenariats ;
• stratégie de points d’accès ;
• stratégie d’équilibres.
Construit autour des partenariats de
souveraineté, PÉGASE 23 affiche une
ambition de coopération renouvelée visant
une meilleure intégration régionale et
présente une opportunité de renforcer les
points d’appui lors des escales techniques
et valorisées aux Émirats arabes unis, à
Singapour, en Malaisie, en Indonésie, au
Qatar et à Djibouti. Les moyens aériens
de l’armée de l’Air et de l’Espace feront

également escale pour la première fois en
Corée du Sud, puis au Japon.
De même, cette mission intègre pour la
première fois un entraînement haut du
spectre avec les forces américaines en
Indopacifique (INDOPACOM) dans le
cadre d’une série d’exercices d’ampleur. Ce
haut niveau d’interaction vise à accroître
l’interopérabilité à tous les niveaux avec
les partenaires régionaux de la France,
à développer une capacité de réaction
commune face aux crises et à conjuguer les

effets produits dans une approche multi-
milieux et multi-champs.

L’armée de l’Air et de l’Espace entretient un
partenariat opérationnel historique avec son
homologue américaine, dans une dynamique
engagée pour la liberté de circulation dans
la zone Indopacifique.
La mission PÉGASE 23 s’inscrit dans la
continuité des déploiements de PÉGASE 22,
HEIFARA en 2021 et PÉGASE 18.
Elle se compose de trois phases majeures :
• du 25 au 28 juin 2023, une projection
de 19 aéronefs vers le Pacifique, à

plus de 11 000 km de l’Hexagone,
en s’appuyant sur la base aérienne des
forces françaises aux Émirats arabes
unis (FFEAU) pour une escale technique
du dispositif ;
• du 2 au 21 juillet 2023, une
participation à un continuum d’exercices
dont Northern Edge, Talisman Saber
et Mobility Guardian depuis l’île de
Guam pour le niveau tactique et depuis
Hawaï pour le niveau opératif auprès
de la structure de commandement
multilatérale, en parallèle du
déploiement d’un dispositif vers les
forces de Nouvelle-Calédonie et de
Polynésie française ;
• du 24 juillet au 3 août 2023, le
retour vers la France sera ponctué
d’escales valorisées en Corée du Sud,
au Japon, en Indonésie, au Qatar et
à Djibouti. Chaque escale fera l’objet
d’entraînements conjoints avec les
armées de l’air partenaires ainsi que
de tables rondes sur des thématiques
telles que le spatial, les opérations
multi-milieux multi-champs (M2MC),
l’assistance humanitaire et la gestion de

8 Mission Pégase 23 catastrophes (HADR).

Îles Wallis et Futuna

Forces armées en
zone sud de l’océan Indien (FAZSOI)

2 millions de ressortissants
9 millions de km2 de ZEE*
6350 militaires français

11 escales
10 pays 14 armées de l’air partenaires
Coopération et interopérabilité

France en Indopacifique

Forces françaises aux Émirats Arabes Unis (FFEAU)

Forces armées en
Polynésie Française (FAPF) Forces armées en
Nouvelle-Calédonie (FANC)

Forces françaises à Djibouti (FFDj)

G UAM

H AWAÏ

M ALAISIE

OCÉAN INDIEN

OCÉAN PACIFIQUE

J APON

I NDONÉSIE

N OUVELLE-CALÉDONIE L A RÉUNION

P OLYNÉSIE
FRANÇAISE

S INGAPOUR

Q ATAR
É MIRATS ARABES UNIS
D JIBOUTI
F RANCE
MÉTROPOLITAINE

*Zone économique exclusive

4 10 5
A400M Rafale A330 MRTT
Atlas Phénix
PÉGASE 23
Manœuvre aérienne de grande ampleur

C ORÉE DU SUD

C
M
J
CM
MJ
CJ
CMJ
N

CARTE DE LA MISSION PÉGASE 23
LA FRANCE EN INDOPACIFIQUE

Partant de métropole, 10 Rafale, 5
MRTT et 4 A400M rallient les Émirats
arabes unis avant de se scinder en deux
pour atteindre simultanément la Malaisie
et Singapour, aux portes du Pacifique.
Dans un délai contraint, l’armée de
l’Air et de l’Espace réalise pour la
3e
fois consécutive la démonstration
de déployer l’équivalent d’une base
aérienne projetée vers les territoires de
l’océan Pacifique.
Le trinôme avion de chasse Rafale,
avion de ravitaillement et de transport
stratégiques A330 MRTT Phénix et avion
de transport tactique A400M est un outil
de combat et de signalement stratégique

incontournable à l’heure où la France
consolide la protection de ses Outre-mer
et agit au profit de la liberté d’action et
de circulation dans une zone aussi vaste
que l’Indopacifique.
Forte d’une capacité de projection qui
lui donne une allonge mondiale, d’une
réactivité et d’une ubiquité propres à
la puissance aérienne, l’armée de l’Air
et de l’Espace sera capable, à terme,
de projeter un escadron de Rafale (20
aéronefs) en 48h aux antipodes (20 000
km) avec 10 avions ravitailleurs A330
MRTT Phénix, comme l’ont préfiguré
HEIFARA en 2021, SHIKRA et PÉGASE
22.

Chaque projection de puissance
conduite par les forces armées
françaises est rendue possible par
une chaîne de Commandement et de
contrôle (C2) des opérations aériennes
robuste et performante installée en
France.

10 Mission Pégase 23
PROJECTION DE PUISSANCE
JUSQU’AUX PORTES DU PACIFIQUE

Équateur

Équateur

Équateur

É MIRATS ARABES UNIS
F RANCE
MÉTROPOLITAINE

M ALAISIE

N OUVELLE-CALÉDONIE P OLYNÉSIE FRANÇAISE
WALLIS ET FUTUNA

S INGAPOUR

5000 km 5500 km
5900 km

7300 km
11800 km

10 Rafale B et C
5 A330 MRTT Phénix
4 A400M Atlas
Moyens aériens
Projection Indopacifique

19 avions
320 aviateurs
55 t et 300 m3 de fret
FRANCE MÉTROPOLITAINE SINGAPOUR / MALAISIE

11000 km

FRANCE MÉTROPOLITAINE NOUVELLE-CALÉDONIE

18000 km

FRANCE MÉTROPOLITAINE POLYNÉSIE FRANÇAISE

22000 km
PÉGASE 23
Manœuvre aérienne de grande ampleur
CARTE DE LA MISSION PÉGASE 23
PROJECTION EN INDOPACIFIQUE

12 Mission Pégase 23

Les Forces armées en Nouvelle-
Calédonie (FANC) font partie des

forces de souveraineté françaises

basées dans les collectivités d’outre-
mer. À ce titre, elles contribuent à

l’exercice de la souveraineté française
et à la préservation des intérêts de
la France dans cette région. La zone
de responsabilité permanente des
FANC comprend la zone maritime de
Nouvelle-Calédonie, avec les territoires,
eaux territoriales et espaces aériens
inclus dans le périmètre, notamment

ceux de l’Australie et de la Nouvelle-
Zélande, du Vanuatu, des Fidji, des

Tonga et des îles Salomon, ainsi que le
territoire de la Nouvelle-Calédonie, de
ses dépendances et de Wallis et Futuna.
Outil de combat de l’armée de l’Air et
de l’Espace dans le Pacifique Sud, la
base aérienne 186 « Lieutenant Paul
Klein » en Nouvelle-Calédonie héberge,
entre autres, l’escadron de transport (ET)
« Tontouta », qui met en œuvre deux

avions de transport tactique (ATT) Casa
CN-235-200 et trois hélicoptères Puma.
Les aéronefs des FANC garantissent
la protection du territoire national, le
soutien à la population, notamment lors
de catastrophes naturelles, et animent
la coopération régionale depuis le
territoire de la Nouvelle-Calédonie. Elles

constituent le principal point d’appui
aéroterrestre du théâtre Pacifique, en
lien avec les Forces armées en Polynésie
française (FAPF).
Déployés aux quatre coins du monde,
les Casa et Puma de l’armée de l’Air
et de l’Espace jouent un rôle majeur
auprès des forces prépositionnées et des
forces de souveraineté. Ils font partie
des escadrons de transport mixte, unités
navigantes ayant la particularité de
disposer à la fois d’avions de transport à
l’élongation importante et d’hélicoptères
permettant l’accès aux zones isolées.
Leurs équipages interviennent dans un
environnement dense et varié, dans
des milieux désertiques ou tropicaux.
Recherche et sauvetage, aérotransport,
lutte contre l’orpaillage illégal (Guyane),
aérolargage, soutien aux opérations
humanitaires, évacuation sanitaire,
autant de missions qui leur sont
confiées.

FORCES DE SOUVERAINETÉ
FANC ET FAPF

FANC
• Assurent la protection du territoire
national de la ZEE française
• Contribuent à la préservation des intérêts
de la France en Océanie
• Principal point d’appui en Océanie
• Régulièrement engagées sur des
opérations de secours d’urgence et d’aide
à la population, suite à des évènements
climatiques (cyclone principalement), sur
demande du haut-commissariat
• Effectuent des évacuations sanitaires
d’urgence avec leurs différents vecteurs
aériens
1 Escadron de transport unique : 00.052
« Tontouta »
2 avions de transport tactique : CASA CN235
3 hélicoptères de manœuvre : SA330 Puma
Marine nationale :
• 2 avions de surveillance maritime :
Falcon 200 Gardian
• 1 hélicoptères Dauphin N3+
1650 militaires et civils de la Défense

FAPF
• Garantissent la protection du territoire
national et de la ZEE française
• Animent la coopération régionale depuis
la Polynésie française
• Principal point d’appui du Pacifique
• Conduisent, appuient et participent à un
déploiement opérationnel dans la zone de
responsabilité permanente
1 Escadron de transport : ET 82 « Maine »
2 avions de transport tactique : CASA
CN235-200
1 Détachement air 190 Tahiti-Faa’a (DA 190)
implanté sur la plateforme aéronautique de
Faa’a avec les moyens de la flottille 25F :
• 3 avions de surveillance maritime :
Falcon 200 Gardian
• 2 hélicoptères Dauphin N3+

1200 militaires et civils de la Défense

14 Mission Pégase 23
EXERCICES D’INTEROPÉRABILITÉ
EN INDOPACIFIQUE

milieux multiples, la présence d’autant
d’armées de l’air partenaires sera
optimisée pour entraîner les équipages
aux manœuvres interalliées : vols box,
combined air operations (COMAO),
largage de matériels et de personnels,
posés d’assaut de jour et de nuit, …

Du 2 au 21 juillet 2023, l’armée de
l’Air et de l’Espace participe à une série
d’exercices d’ampleur, dont NORTHERN
EDGE, conduit par la branche Pacifique
de l’armée de l’Air américaine (PACAF).
6 Rafale, 2 MRTT et 2 A400M
s’intègreront dans des entraînements
interarmées et interalliés menés depuis
l’île de Guam, sur la base aérienne US
d’Andersen et depuis des îles voisines.
Aux côtés des forces aériennes
américaines du Pacifique (Pacific Air
forces – PACAF) et de transport tactique
(Air Mobility Command – AMC),
des forces aériennes canadiennes,
australiennes, néo-zélandaises,
britanniques et japonaises, le
détachement français conduira des
missions suivant le concept opérationnel

MORANE, de mise en œuvre réactive
et avec une faible empreinte logistique.
Objectif : se déployer vite pour agir
vite.
La mobilité reste un des principaux
facteurs de supériorité sur le champ de
bataille et permet l’expression de toutes
les qualités de la puissance aérienne :
fulgurance, ubiquité et effet de saturation.
Au cours des différents scénarios
d’entraînement, il s’agira de déployer
rapidement des plots chasse dans un
milieu insulaire, dans la plus grande
interopérabilité, et de les soutenir au plus
près de l’activité opérationnelle, dans des
manœuvres de haute intensité.
En parallèle de missions d’entraînement
haut du spectre, dans des champs et des

niveau d’interopérabilité atteint entre
les deux puissances, tant au niveau
des organisations, des doctrines, des
procédures d’emploi et des moyens,
permet d’intervenir conjointement et de
traiter de problématiques régionales.

RÉACTIVITÉ ET AGILITÉ :


LE CONCEPT MORANE
Le concept MORANE, schéma logistique
dynamique et multimodal, s’appuie
autant sur des moyens patrimoniaux
que sur des synergies avec les dispositifs
interalliées, interarmées ou fournis par
une nation hôte. Il réaffirme le rôle des
bases arrières, qui participent pleinement
à la régénération du potentiel technique et
opérationnel de la flotte, en flux continu,
au plus près des zones de combat.
Le dispositif aérien gagne en agilité à
mesure que l’empreinte logistique est
diminuée.
• Soutien de plusieurs plots de
4 à 6 chasseurs, avec ou sans
armement, à faible empreinte
logistique ;
• bascules d’effort d’un point
d’appui à l’autre pour conserver
l’initiative ;
• délais de réaction réduits au
minimum.

USAF – AAE : UN PARTENARIAT
SOLIDE


Les États-Unis reconnaissent
explicitement la France comme un
partenaire important en Indopacifique,
puisque nous défendons des intérêts
communs. Afin de défendre nos intérêts
souverains dans la région, les équilibres
en place, et la liberté de circulation dans
les espaces communs, nos deux nations
s’engagent à y agir comme acteurs clés,
dans le respect du droit international.
Cet engagement illustre la densité
du dialogue politico-stratégique et
les efforts d’approfondissement de la
coopération de défense, tels qu’inscrits
dans la nouvelle déclaration conjointe
d’intention.
Le partenariat bilatéral air avec les
États-Unis est historique, dynamique,
fondé sur une approche opérationnelle
commune, des échanges d’expertise
ainsi qu’une participation à des
exercices de grande envergure et à
des opérations conjointes. Le haut

16 Mission Pégase 23
ÉTAPES VALORISÉES

circulation dans le Golfe Arabo-Persique
et le détroit d’Ormuz, ainsi que la
coopération opérationnelle terrestre à
travers les exercices GULF, EL HIMEIMAT
et IMX23.

SINGAPOUR
Singapour constitue un point d’appui
essentiel pour les armées françaises.
La coopération entre la France et
Singapour est encadrée par un accord
de sécurité signé en 1999, étendu
en 2004, un partenariat stratégique
datant de 2012 et un accord de soutien
logistique mutuel depuis 2022. Elle est
motivée par des intérêts communs en

matière de défense, tout en veillant au
respect de l’équilibre régional et des
relations avec l’ensemble des acteurs de
la zone.
Sur le plan opérationnel, le déploiement
PÉGASE 23 contribue au renforcement
de notre interopérabilité militaire
dans le haut du spectre. Il est
également cohérent avec les synergies
bilatérales développées dans le
domaine aéronautique : communauté
d’équipements (MRTT, Caracal et Aster
30) ; participation conjointe à la lutte
contre Daech au Levant (Rafale français
ravitaillés par KC-135 singapouriens) ;
formation d’une partie des pilotes
singapouriens au sein de la base
aérienne 120 de Cazaux, notamment
dans le cadre du déploiement du groupe
aéronaval.

ÉMIRATS ARABES UNIS
Les Émirats arabes unis sont un
partenaire stratégique majeur de la
France au Proche et au Moyen-Orient.
L’implantation des forces françaises aux
EAU (FFEAU) à Abou Dabi constitue un
point d’appui majeur pour toutes les
missions opérationnelles dans la région
et une plateforme logistique de transit
et de soutien pour les forces françaises
projetées au Moyen-Orient comme vers
l’Indopacifique. Les relations bilatérales
entre la France et les Émirats arabes
unis sont encadrées par des accords
de coopération permettant notamment
l’installation de la base militaire avancée
française à Abou Dabi. Cette base
accueille les FFEAU, composées du
5e
régiment de cuirassiers, de la base
aérienne 104 et de la base navale.

La coopération de défense franco-
émirienne est axée sur une approche

opérationnelle commune et diversifiée
sur des aspects tels que la liberté de

MALAISIE
La coopération bilatérale entre la France
et la Malaisie est variée et s’appuie sur
l’accord de coopération de défense
de 1993, élargi en 2017 au-delà du
domaine de l’armement. La position
stratégique de la Malaisie en Asie du
Sud-Est en fait un partenaire de premier
plan dans la région. La France attache
une grande importance à ses liens
de défense avec les pays membres
de l’ASEAN qui sont mutuellement
bénéfiques et soutiennent la sécurité et
la stabilité régionale.

CORÉE DU SUD
PÉGASE 23 sera la première escale
d’avions RAFALE en Corée du Sud.
La coopération bilatérale entre nos
deux pays repose sur un accord de
coopération signé en 1990. Elle est
pilotée au niveau politico-militaire
par le dialogue stratégique depuis
1996 et au niveau opérationnel par
des réunions d’état-major annuelles
depuis 2001. La coopération militaire
s’exprime particulièrement dans les

milieux terrestre et aérien par le biais
de partenariats de formation. La France
et la Corée du Sud partagent des
savoir-faire militaires et renforcent leur
interopérabilité notamment avec la
présence d’observateurs lors d’exercices.
L’année 2023 marque les 70 ans
de l’armistice de Panmunjom du
27 juillet 1953, fin des combats au
cours desquels la France a engagé le
Bataillon de Corée.

Djibouti

Singapour

Malaisie

Indonésie

Japon

Corée du Sud

Émirats arabes unis

Qatar

18 Mission Pégase 23
ÉTAPES VALORISÉES

renforcé par la signature d’un accord de
coopération en matière de défense le 28
juin 2021. Les deux pays partagent des
intérêts convergents, à la fois s’agissant
des enjeux de sécurité régionale propres
à l’Asie du Sud-Est, que des enjeux
globaux, comme la pêche illégale et le
changement climatique.
Le partenariat s’appuie sur un
renforcement de nos relations dans les
domaines capacitaires (Rafale, A400M
et sous-marins) et opérationnel avec
l’escale de la mission Jeanne d’Arc 23
et l’exercice Garuda Guerrier. Les avions
de l’armée de l’Air et de l’Espace font
régulièrement escale en Indonésie.

QATAR
Le Qatar est un partenaire stratégique
de la France dans le Golfe, un
point d’appui opérationnel et une
porte d’entrée dans l’Indopacifique.
L’acquisition par le Qatar de 36 avions
Rafale structure notre coopération

JAPON
Fin juillet, la mission PÉGASE 23
effectuera le premier déploiement
d’avions de combat au Japon.
Ce témoignage de partenariat
inédit s’inscrit dans la continuité
d’un renforcement de la coopération
bilatérale entre forces aériennes
engagé en 2020. La coopération
est structurée depuis 1995 par un
partenariat stratégique, rehaussé en
2013 en partenariat d’exception et un
dialogue stratégique au format «2+2
ministériel ». La coopération militaire
franco-japonaise se construit autour
d’une vision stratégique partagée et
des intérêts communs pour la stabilité
régionale.

INDONÉSIE
La France et l’Indonésie sont liés par un
partenariat stratégique depuis 2011,

aéronautique et opérationnelle. Nos
deux pays sont liés par un cadre
juridique complet comprenant un
accord de sécurité et un Status of Forces
Agreement (SOFA) tous deux entrés en
vigueur en 2023. La France et le Qatar
conduisent des activités opérationnelles
interarmées régulières aussi bien sur
le plan terrestre que maritime, via des
actions de formations en France et au
Qatar et de nombreuses escales. Dans

le champ aérien, les armées de l’air
française et qatari mènent régulièrement
des entraînements opérationnels,
notamment de ravitaillement en vol
et des interactions d’opportunité et
d’exercices interarmées tels que GULF
FALCON, AJ KOOT et EAGLE RESOLVE
.

DJIBOUTI
Djibouti, avec qui les armées françaises
entretiennent des relations d’amitié
historiques, constitue un point d’appui
et d’accès essentiel en Afrique et en
Indopacifique. La France et Djibouti,
grâce à un partenariat durable,
garantissent l’efficacité des Forces
françaises stationnées à Djibouti (FFDj).
Ces dernières forment ainsi une réserve
de militaires aguerris, acclimatés et
entraînés, projetables en cas de crise
dans la sous-région.

Djibouti

Singapour

Malaisie

Indonésie

Japon

Corée du
S
u
d

Émirats
arab
e
s
u
n
is

Qatar

20 Mission Pégase 23
Les escadrons
1/4 « Gascogne » et
2/4 « La Fayette »
sont des unités des
forces aériennes
stratégiques. Les
escadrons 2/30

« Normandie-
Niemen »

et 3/30 « Lorraine »
sont des unités du
commandement des
forces aériennes.
LES MOYENS ENGAGÉS
AVIONS DE CHASSE

RAFALE
Mis en service en 2006, le Rafale,
aujourd’hui au standard F3-R, est une
véritable révolution : intégration du missile
air-air longue portée Météor, nacelle de
désignation laser Talios augmentant les
capacités de détection et d’identification des
cibles ou encore armement air-sol optimisé.
Ces nouvelles capacités accroissent la
polyvalence de cet avion de combat de
dernière génération lui permettant de
réaliser toutes les missions pouvant être
confiées à l’armée de l’Air et de l’Espace,
que ce soit la composante aéroportée de la
dissuasion nucléaire, la défense aérienne,
la frappe tout temps dans la profondeur ou
encore l’appui aux troupes au sol.
102 Rafale B biplaces et C monoplaces sont
actuellement en service dans l’armée de
l’Air et de l’Espace. La cible à 129 Rafale,
prévue par la loi de programmation militaire

à l’horizon 2025, constitue un enjeu
capital pour disposer de la masse critique
d’aéronefs nécessaires à la réalisation de
l’ensemble des missions de l’armée de l’Air
et de l’Espace.
Le Rafale équipe actuellement la 4e
escadre
de chasse sur la base aérienne (BA) 113
de Saint-Dizier (escadron de chasse [EC]
1/4 « Gascogne », EC 2/4 « La Fayette »,
escadron de transformation Rafale 3/4
« Aquitaine », escadron de soutien technique
aéronautique [ESTA] 15/4 «Haute-Marne »)
et la 30e
escadre de chasse sur la BA 118
de Mont-de-Marsan (escadron de chasse et
d’expérimentation 1/30 « Côte d’argent»,
EC 2/30 « Normandie-Niémen », EC 3/30

« Lorraine », ESTA 15/30 « Chalosse »). Hors-
métropole, certains Rafale sont déployés au

sein de l’EC 1/7 « Provence », aux Émirats
arabes unis.

10,9 m
15,27 m

22 Mission Pégase 23
LES MOYENS ENGAGÉS
AVIONS DE RAVITAILLEMENT EN VOL
ET TRANSPORT STRATÉGIQUES

60,3 m
58,8 m
L’A330 MRTT (MULTI ROLE
TANKER TRANSPORT) PHÉNIX
Mis en service en 2018, la polyvalence
des équipements et les performances de
l’A330 Phénix en font la pierre angulaire
de la projection de force et de puissance
au profit des armées. Le Phénix au
premier standard permet ainsi d’assurer le
ravitaillement en vol des avions, au profit de
la dissuasion nucléaire comme des missions
conventionnelles, le transport stratégique de
passagers et de fret, ainsi que l’évacuation
sanitaire. Le deuxième standard, prévu à
l’échéance 2025, améliorera notamment
ses capacités de communication.
La flotte d’A330 Phénix équipe la 31e
escadre aérienne de ravitaillement et de
transport stratégiques (EARTS), implantée
sur la BA 125 d’Istres. Après les A340 et
A310, elle remplace progressivement les
C-135. L’armée de l’Air et de l’Espace
compte actuellement six A330 Phénix dans
ses rangs.
Trois A330-200, commandés dans le

cadre du plan de soutien aéronautique,
seront convertis en MRTT pour porter la
flotte de Phénix à quinze appareils, cible
de la loi de programmation militaire, afin
de disposer à terme d’une flotte unique
d’appareils modernes et multirôles en lieu
et place de 19 appareils.
Capable de ravitailler deux chasseurs
simultanément, le Phénix peut transporter
jusqu’à 110 tonnes de carburant réparties
dans la voilure de l’aéronef. Il confère
ainsi aux avions de chasse une allonge
stratégique considérable ainsi qu’une forte
réactivité, qui permet d’agir rapidement
après une prise de décision politique. Équipé
du kit Morphée, l’A330 Phénix offre une
capacité d’évacuation aéromédicalisée
unique, éprouvée pour la première fois en
2020 pour transférer des patients atteints de
la Covid-19.

L’escadron de
ravitaillement en
vol et de transport
stratégique 1/31
« Bretagne » est
une unité des
Forces aériennes
stratégiques (FAS).

24 Mission Pégase 23

L’A400M ATLAS
Pilier de la capacité de projection de l’armée
de l’Air et de l’Espace, l’A400M Atlas permet
de projeter plus, plus vite et plus loin. Un
véritable atout pour les opérations.
Depuis les bases de l’armée de l’Air et
de l’Espace, l’A400M Atlas est capable
d’acheminer directement vers les théâtres
d’opérations, par aérotransport ou
aérolargage, la plupart des matériels en
service dans les armées françaises. En
janvier 2019, l’Atlas a franchi la barre
des 12000 heures de vol, témoignant
ainsi de l’engagement opérationnel de la
flotte A400M. En termes de capacités de
projection, c’est un véritable Game Changer
pour l’armée de l’Air et de l’Espace. En
effet, entre sa vitesse et sa charge offerte, un
A400M équivaut en transport à deux C-130
ou quatre C160. Il se place dans un segment
intermédiaire entre le C-130 Hercules et
le C-17. C’est un avion tactique à allonge
stratégique qui apporte une nouvelle

dimension à la flotte de transport de l’armée
de l’Air et de l’Espace. C’est une véritable
avancée en termes de capacité d’emport, de
rayon d’action et de vitesse. Sa participation
à l’exercice Pitch Black , qui s’est déroulé en
Australie en juillet 2018, en est une bonne
illustration.
L’A400M Atlas est taillé pour de nombreuses
missions, en métropole comme en
opération. La modularité de sa soute,
son allonge et ses capacités tactiques
lui permettent d’être aussi efficace entre
les théâtres qu’à l’intérieur d’un théâtre.
Véritable plateforme évolutive, l’A400M
Atlas fera intégralement partie du
deuxième cercle du système de combat
aérien futur (SCAF), grâce à sa capacité
d’interconnexion avec tous les acteurs en
présence.

Insignes des
escadrons de
transport
4/61 « Béarn »
et 1/61 « Touraine ».

42,4 m
45,1 m

LES MOYENS ENGAGÉS
AVIONS DE TRANSPORT TACTIQUE

26 Mission Pégase 23
LES MOYENS ENGAGÉS

CAPCO
La France compte parmi les puissances
mondiales disposant de capacités de
commandement et de conduite des
opérations aériennes éprouvées et
reconnues (Air Command and Control
ou C2 Air), aujourd’hui renforcées par le
centre Air de planification et de conduite
des opérations (CAPCO).
Depuis ce centre permanent, qui
fonctionne 24/7, directement connecté
aux différents centres de commandement
des opérations interarmées et
interalliées, les aviateurs peuvent diriger
des missions aériennes complexes
pouvant aller de l’intervention ponctuelle
à l’opération de longue durée ou de
haute intensité. Ces opérations peuvent
être conduites sans préavis, partout
dans le monde, simultanément sur
plusieurs zones et réalisées dans tous les
domaines de confrontation, en intégrant
des processus M2MC dans une logique

de synchronisation des effets.
L’interopérabilité avec les autres forces
armées et les principaux pays alliés
est garantie par la standardisation
de l’organisation et des moyens de
communication au sein de la structure.
Le CAPCO est une unité regroupant
une centaine d’aviateurs experts du
C2 Air, immédiatement mobilisable
sur le déclenchement d’une opération
pour assurer au chef d’état-major
des armées la réactivité de la chaîne
de commandement des opérations
aériennes.
Dans un contexte international marqué
par le durcissement de l’environnement
opérationnel, le CAPCO représente un
réel atout pour la défense française.

UN DÉTACHEMENT DE
SEULEMENT 320 AVIATEURS


Préparer et conduire la projection de
19 aéronefs à l’autre bout du monde
demande une multitude d’expertises
et de savoir-faire concentrés dans le
détachement ramassé de la mission
PÉGASE 23.
Dans la volonté constante de déployer
les moyens humain et logistique au plus
près du besoin opérationnel, tout en
ménageant des contraintes budgétaires
et capacitaires, l’équipe PÉGASE
23 aura mené à bien cette nouvelle
prouesse de l’armée de l’Air et de
l’Espace. 55 tonnes de fret acheminées
sur près de 40 000 km cumulés sont
nécessaires pour soutenir 10 avions de
chasse, 5 ravitailleurs et 4 avions de
transport tactique. Le soutien comprend
tout l’environnement de l’aviateur et de
ses machines : réseaux informatiques,
soutien de l’homme, kits mécaniques,

expertise juridique, médicale, financière,
carburant, protection, pour ne citer que
quelques aspects.
Pour cette mission, l’interopérabilité
se manifeste d’abord au niveau
humain, entre aviateurs de pays
partenaires. Chaque escale et mission
de coopération militaire demande
de l’agilité, de l’adaptabilité et de
l’ouverture sur des modes d’action
étrangers et parfois inédits.
Grâce à cette orchestration logistique et
opérationnelle, les liens avec les points
d’appui de la composante aérienne
française sont testés et renforcés.
La mission PÉGASE 23 a commencé
bien avant le décollage du dispositif,
dès lors que les équipes de préparation,
appuyées par des partenaires solides,
ont posé les premiers jalons permettant
la projection aux portes du Pacifique
d’une vingtaine d’aéronefs, soit
l’équivalent d’une base aérienne
projetée.

DIMENSION SPATIALE
La maitrise de l’espace est essentielle
à la conduite des opérations militaires
sur terre, en mer, dans les airs et dans
le cyber. Du niveau stratégique jusqu’au
niveau tactique, l’espace fournit une
aide à la décision non négligeable par
l’imagerie et l’écoute. Cette capacité
assure aux unités opérationnelles des
communications sécurisées haut débit
et des services de navigation et de
positionnement fiables.
L’appui spatial aux opérations
militaires contribue de façon décisive
à l’autonomie d’appréciation et de
décision de la France et la place dans
le haut du spectre dans sa coopération
avec ses alliés et partenaires.
Les enjeux d’une telle autonomie
stratégique se révèlent particulièrement
lors de déploiements dans des

environnements aussi vastes et contestés
que l’Indopacifique.
Les capacités spatiales sont aujourd’hui
indispensables à la planification et à
la conduite des opérations militaires
M2MC. Communiquer, naviguer,
observer, écouter, identifier et renseigner,
nécessite un degré d’intelligence et
de supériorité que le domaine spatial
alimente en amont dans la préparation
tactique et tout au long des missions.

L’ARMÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE

EN OPÉRATIONS EXTÉRIEURES
Principalement au Sahel depuis 2013
et au Levant depuis 2014. Les Aviateurs
luttent contre les groupes armés terroristes
au Sahel et contre Daech au Levant
(opération Chammal). Si l’ennemi a perdu
le territoire conquis en 2014 au Levant, le
combat continue au sein de la coalition
internationale.

LA DISSUASION NUCLÉAIRE
Depuis plus de 57 ans, l’armée de l’Air et de
l’Espace met en œuvre, H24, la composante
aéroportée de la dissuasion nucléaire aux
ordres du président de la République.

28 Mission Pégase 23

L’ESPACE
Le volet espace est présent dans tout le spectre
de ces missions et contribue à toutes les
opérations. L’armée de l’Air et de l’Espace, par
le biais du Commandement de l’espace (CDE)
créé le 3 septembre 2019, veille au respect de
la politique spatiale militaire. Le renforcement
des usages militaires, l’extension des capacités
de connaissance de la situation spatiale et le
développement d’une capacité d’action dans
l’espace sont autant d’atouts qui permettent
à l’armée de l’Air et de l’Espace d’assurer
quotidiennement ses missions de protection du
territoire et des Français.

LA PROTECTION DE NOTRE ESPACE
AÉRIEN ET DE SES APPROCHES


Sous la responsabilité du Premier ministre,
cette protection englobe la capacité à
prendre en compte toutes les formes de
menaces et l’assistance aux aéronefs en
difficulté.

30 Mission Pégase 23
NOTES

PUBLICATION
SIRPA Air et Espace
60 boulevard du général Martial Valin
75015 PARIS
DIRECTEUR DE LA
PUBLICATION
COL Yann MALARD
RÉALISATION
CNE Camille GUINAMARD
TRADUCTION
LTT Lucile DUFOUR
PHOTOGRAPHIES
SGT Rémi NAJEAN (p. 5),
SGC Julien FECHTER (p. 14, 19),
ADC Anthony JEULAND (p. 12, 13,
26, 29), SGC Malaury BUIS (p. 15),
LTT Anthony BARRIÈRE (p.16, 32),
CLC Emma LE ROUZIC (p. 18),
ADJ Loïc PÉDEHONTAÀ (p. 21, 23),
ADJ Cynthia VERNAT (p. 25),
SGT Alexandre BEUZEBOC (p. 28),
SGC Morgane VALLÉ (p. 28)
CONCEPTION GRAPHIQUE
ADJ Loïc PÉDEHONTAÀ
SGT Damien MUNOZ
quadri at

Be the first to comment on "2 Mission Pégase 23"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.