Replica watches
Enac ecole nationale de l'aviation aeromorning
Liebherr Aerospace
Collins aerospace aeromorning 2024
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
enac-aeromorning-slider
Liebherr Aerospace
collins-aerospace-aeromorning-2024
Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr à bord des familles Airbus A320 et A330
liebherr

Renouvellement pour 5 ans de la Chaire spatiale SIRIUS

Renouvellement pour 5 ans de la Chaire spatiale SIRIUS
FacebookTwitterLinkedInPinterest

La Chaire Sirius, qui a dix ans, vient d’être renouvelée officiellement pour la troisième fois pour 5 ans. C’est à la Cité de l’Espace, lieu historique de la Chaire, (c’est là qu’elle fut créée) que s’est tenue la signature de son renouvellement, en présence de ses cofondateurs TBS Education et Université Toulouse Capitole ainsi que de ses partenaires mécènes issus du CNES, de Thalès Alenia Space et d’Airbus Space.  La Chaire compte désormais au-delà de ses chercheurs affiliés 7 à 9 chercheurs permanents, compte en moyenne 6 docteurs par an, et chaque année 25 étudiants font des travaux en rapport avec l’espace sous l’égide de la Chaire.

L’occasion pour chacun d’exprimer son expérience et les enjeux à venir de la Chaire.

D’un avis unanime, dans un environnement qui est profondément transformé, la Chaire apporte une aide fondamentale. Qu’il s’agisse de nourrir la réflexion stratégique, d’acquisition de compétences, de confrontation d’idées, elle est perçue par tous ses acteurs comme bénéfique à chacun de ses membres, bien que concurrents sur certains domaines.

Car au sein de la Chaire Sirius s’est installée une très grande confiance entre les membres en dépit des barrières dues au rôle de chacun, sur ce sujet rassembleur qu’est le futur. Bienveillance, spontanéité, solidarité, un climat réel de confiance s’est instauré. “Lors de nos échanges, lors de la programmation de recherche 23/28 soumise aux mécènes de la Chaire, il n’y a pas de parti pris, chacun est dans le même état d’esprit. Les propositions ont du sens pour chacun des acteurs. Là où la Chaire se distingue c’est qu’elle arrive à formuler ses sujets de recherche sur des bases scientifiques alimentées avec l’expérience et le regard du terrain, du CNES dans son rôle d’agence (et son regard à 360°) explique Laurent Deroin en charge de la stratégie et de l’enseignement supérieur du CNES .

La Chaire, et ce qu’elle apporte à chacun de ses acteurs

Pour le CNES, c’est la vision qu’elle donne qui est importante à l’ère du Newspace. François Alter, directeur stratégie du CNES affirme qu “Il y a 10 ans ce n’était pas si clair et finalement cette alliance du juridique et de l’économie a fait ses preuves. Nous n’en serions pas là sans cette Chaire dans nos réflexions.”

Stéphanie Lavigne, directrice Générale de l’école de commerce TBS Education indique que “l’école s’est beaucoup nourrie de ce qui a été fait au sein de la Chaire SIRIUS” qu’elle s’attache à “faire redescendre dans la salle de cours et pour que les étudiants bénéficient de ce qu’il y a de meilleur dans les programmes de formation, une promesse éducative très forte sur le territoire”.

Cédric Balty, responsable stratégie et développement durable de Thalès Alenia Space se réjouit: “on va appréhender les 5 années les plus exaltantes de la Chaire. En plein Newspace elle va challenger les business existants dans le spatial”.

En effet Cédric Balty considère que SIRIUS vient s’inscrire dans cette dynamique de repenser l’écosystème. “La Chaire nous nourrit, il y a des choses qui nous ont beaucoup éclairé dernièrement lors des présentations de travaux, et je suis impatient de voir arriver les années qui viennent.”

A son tour, Elodie Viau, Responsable technique d’Airbus pour le spatial confirme : “Avec la chaire, cette ouverture vers d’autres disciplines nous font évoluer, nous challenger. Voire des scientifiques nous fait réfléchir et cette Chaire est une opportunité d’avoir ces échanges et points de vues qui s’interpellent. Nos entreprises axées sur la technologie ont besoin de la Chaire pour aller dans la bonne direction.

La Chaire SIRIUS adresse des sujets de plus en plus importants pour tous tels que la gouvernance spatiale, ou le développement durable.

Projet d’ouverture, de représentativité, de légitimité, expertise, transformation

Ouvrir la Chaire à d’autres partenaires stratégiques, sur des aspects plus internationaux, augmenter les effectifs des équipes impliquées, recruter encore d’autres chercheurs, organiser régulièrement des manifestations scientifiques, comme les Space Talks le 21 juin prochain ou des concours, il faut, comme le dit Stéphanie Lavigne, “que ça impacte, que ça diffuse au sein de nos établissements respectifs, que d’autres s’inspirent de cette formidable alliance que nous avons formée”.

Elle souligne que depuis la naissance de la Chaire s’est constituée sur le site de Toulouse un grand projet d’université européenne du spatial et que les travaux de la Chaire Sirius devront beaucoup Intéresser ceux qui y réfléchissent compte tenu de la quantité foisonnante d’articles, d’ouvrages, de conférences, de chercheurs produits par la Chaire.

La Chaire est sur le point de publier le 1er ouvrage contenant l’ensemble des termes utilisés dans le vocabulaire international relatif aux activités spatiales, et permettra à la communauté internationale de bénéficier d’un corpus de mots communs. Une manifestation scientifique récurrente et supplémentaire aux Space Talks rendra compte des conditions dans lesquelles au plan mondial les activités spatiales sont devenues un véritable marché.

Nadia Didelot pour AeroMorning