rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

Sauvetage

Galileos_deployed

Les satellites Galileo aident à sauver le plaisancier du Vendée Globe

03/12/2020960 VUES39 AIMEEsa / Applications / Navigation

Un marin du Vendée Globe a fait le tour du monde en solitaire dans l’océan Austral alors que des vagues déchaînées déferlaient sur son navire. Mais il a été sauvé grâce aux antennes de recherche et de sauvetage à bord des satellites européens Galileo, qui font partie du système international de sauvetage Cospas-Sarsat.

Le skipper Kevin Escoffier a raconté plus tard son calvaire du lundi après-midi :« Vous voyez les images des naufrages ? C’était comme ça, mais pire. En quatre secondes, le bateau a piqué du nez, l’étrave s’est repliée à 90 degrés. J’ai baissé la tête dans le cockpit, une vague s’en venait. J’ai eu le temps d’envoyer un texte avant que la vague frit l’électronique. C’était complète ment fou. Il a plié le bateau en deux.

Skipper Kevin Escoffier

En quelques minutes, il avait pris son radeau de sauvetage : «J’aurais aimé rester un peu plus longtemps à bord, mais j’ai pu voir que tout allait très vite et puis j’ai fait une pause et je suis allé à l’eau avec le radeau. A l’époque, je n’étais pas du tout rassuré… Vous êtes dans un radeau avec 35 nœuds de vent. Non, ce n’est pas rassurant.

Pendant les 11 heures suivantes, Kevin Escoffier a été à la dérive dans des vents violents et des vagues déferlères. Mais il n’était pas tout à fait seul. Une fois que son radeau a heurté l’eau, il a automatiquement activé sa balise de sauvetage, transmettant un signal SOS de 406 MHz pour le ramassage automatique par les satellites participants, gracieuseté du système de détection et de localisation d’urgence par satellite Cospas-Sarsat.

Cospas–Sarsat

Seul système qui peut localiser de façon indépendante une balise n’importe où à la surface de la Terre, Cospas-Sarsat a aidé à sauver des milliers de personnes depuis sa création en 1982. À l’origine, le système fonctionnait à l’intermédiaire de transpondeurs hébergés à bord de satellites en orbite basse ou géostationnaire. Au cours de la dernière décennie, Galileo a rejoint Cospas-Sarsat – soutenu par la Commission européenne, propriétaire du système – ce qui a conduit à une augmentation significative des performances.

Parce qu’ils ont une altitude orbitale si élevée, à 23 222 km plus haut, tout en se déplaçant régulièrement dans le ciel, les satellites Galileo combinent de larges vues de la Terre avec la capacité de faciliter la détermination rapide de la position d’un signal de détresse grâce à une combinaison de retard et de gamme Doppler.

Galileo within new system

Lundi à 13h48:51 UTC, le Centre de contrôle des missions Français (FMCC) du système Cospas-Sarsat, basé à Toulouse et exploité par l’agence spatiale Français CNES, a reçu la première alerte via les transpondeurs de recherche et de sauvetage d’un trio de satellites Galileo, a récupéré le terminal local d’utilisateurs de l’orbite terrestre (SAR)/Galileo Medium Earth Orbit (MEOLUT) à Chypre. Il s’agit de l’un des trois MEOLUTS, mis en place dans le cadre du programme européen Galileo et de la contribution européenne au système Cospas-Sarsat.

L’étape suivante a été de localisér l’origine du signal, qui a été atteint moins de deux minutes plus tard à 13:51.07 UTC, en épinglant sa source dans la zone de service du Centre sud-africain de contrôle des missions (ASMCC), qui s’étend de l’Afrique australe jusqu’à la côte antarctique – jusqu’à un endroit à environ 1000 km au sud du cap de Bonne-Espérance.

Galileo search and rescue antenna

L’alerte a été immédiatement transmise au Centre australien de contrôle des missions (AUMCC) à Canberra, en Australie, dont la région de distribution de données comprend l’Afrique du Sud.

Dans le même temps, l’alerte a également été transmise au centre français CROSS Gris-Nez – point de contact national pour les incidents Cospas-Sarsat – qui a immédiatement alerté la direction de course du Vendée Globe aux Sables d’Olonne. L’équipe a pu faire appel au coureur rival Jean Le Cam, le concurrent le plus proche du marin sinistré, pour le chercher.

Kevin Escoffier rescued

Comme l’a expliqué le directeur de course Jacques Caraës : « Quand nous avons vu que la positionde la RLS (Position d’urgence indiquant radiobalise) faisait la queue avec la piste de prévision de la dérive, nous avons envoyé Jean à ce point.»

Après des tentatives répétées, Le Cam a finalement pu prendre Escoffier en toute sécurité à bord à 01h18 UTC mardi matin. Entre-temps, les organisateurs de la course ont utilisé les signaux de balise comme base d’un effort de recherche plus large, faisant appel à d’autres skippers pour les aider. D’autres signaux ont été reçus au FMCC de Toulouse à partir de 14h10:34 UTC lundi après-midi et sur une base régulière après cela, servant à suivre la source de signal à la dérive progressive.

PRB yacht

Navigation par satellite européenne

Galileo est le système mondial de navigation par satellite en Europe. Il fournit des informations précises et fiables sur le positionnement et le chronométrage des voitures autonomes et connectées, des chemins de fer, de l’aviation et d’autres secteurs. Galileo est opérationnel depuis décembre 2016, date à partir de l’offre initiale de services aux pouvoirs publics, aux entreprises et aux citoyens.

Avec 26 satellites en orbite et leur infrastructure terrestre de soutien, Galileo offre actuellement trois services initiaux après une longue période d’essais. Son service de recherche et de sauvetage contribue à la localisation internationale des balises de détresse Cospsas-Sarsat. Les données de Galileo aident à localiser les balises et à secourir les personnes en détresse dans tous les types d’environnement.

L’ESA agit en tant qu’architecte système pour l’infrastructure Galileo et EGNOS. Elle gère sa conception, son développement, ses achats, son déploiement et sa validation au nom de l’UE. L’ESA conservera ce rôle tout au long de la vie des systèmes, fournissant également un soutien technique à l’Agence européenne GNSS(GSA),qui a été désignée par la Commission pour exploiter le système et fournir des services Galileo et EGNOS.

Fondée en 2004, GSA est responsable de la gestion d’une série d’activités liées à Galileo et EGNOS. Il s’agit notamment de préparer la commercialisation et l’exploitation réussies des deux systèmes; soutenir l’utilisation et la commercialisation des activités du GNSS; et assurer la sécurité des systèmes, notamment par la mise en place et l’exploitation des centres de surveillance de la sécurité Galileo.

Les deux entités travaillent en étroite coopération avec la Commission européenne, propriétaire du programme.

Source: ESA

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!