rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

PALMARÈS 2020 DES DÉPOSANTS DE BREVETS À L’INPI :

ASCENDANCE FLIGHT TECHNOLOGIES FRANCHIT UN NOUVEAU CAP

LE GROUPE PSA CONSERVE LA TÊTE DU CLASSEMENT, DEVANT SAFRAN ET LE GROUPE VALEO LES DEUX PREMIERS DÉPOSANTS SONT AU DESSUS DES 1 000 DEMANDES DE BREVETS PUBLIEÉS 

LA RECHERCHE PUBLIQUE ACCROIT SA PRÉSENCE 

3 ENTREPRISES DE TAILLE INTERMÉDIAIRE PRÉSENTES DANS LE TOP 50 

GAZTRANSPORT ET TECHNIGAZ N°1 DE LA CATÉGORIE « ETI » 

ALEDIA N°1 DE LA CATÉGORIE « PME » 

LE CEA N°1 DE LA CATEGORIE ÉTABLISSEMENTS DE RECHERCHE, D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE L’ÉTAT LE GROUPE PSA, SAFRAN ET LE CNRS TRÈS ACTIFS DANS LA COLLABORATION RECHERCHE/INDUSTRIE 

L’INPI publie le palmarès 2020 des principaux déposants de brevets*. Cette nouvelle édition met  notamment en lumière les grandes entreprises qui investissent dans l’innovation comme le Groupe PSA**,  Safran et le Groupe Valeo, les trois premiers du classement. Parmi les 50 premiers déposants de brevets  figurent 13 organismes de recherche publique, un chiffre en hausse cette année, mais aussi 3 entreprises  de taille intermédiaire. 

*Les publications correspondent aux demandes déposées entre le 1er juillet 2018 et le 30 juin 2019 

** Groupe PSA devenu Stellantis depuis le 1er janvier 2021 

« Cette édition 2020 du palmarès des déposants de brevets en France – qui, compte tenu des 18 mois de  décalage entre dépôt et publication des brevets, n’inclut pas encore la période de crise sanitaire que nous  traversons – est une fois encore largement dominée par les grands groupes, pour qui stratégie d’innovation et  stratégie de propriété industrielle sont indissociables. Les grands acteurs de l’économie française s’affichent  naturellement en tête, et notamment, aux tous premiers rangs, ceux du transport. 

Fait encourageant : la place de la recherche publique progresse par rapport à 2019. Pour mieux appréhender la  réalité des projets collaboratifs entre acteurs publics de la recherche et entreprises, l’INPI, pour la deuxième fois  cette année, a observé les co-dépôts de brevets entre recherche et industrie. Une bonne connaissance du lien  public/privé est en effet nécessaire, car nous savons que ces projets communs sont souvent porteurs  d’innovations susceptibles d’apporter des ruptures technologiques majeures, et par conséquent d’importantes  retombées économiques. C’est précisément pour accompagner ces acteurs et pour simplifier leur coopération  sur le volet propriété intellectuelle que l’INPI a lancé, en 2020, le programme « Alliance PI ». Son objectif ?  Fluidifier, renforcer et pérenniser les relations entre public et privé et sécuriser les résultats de leur recherche, par  l’utilisation de pratiques de propriété industrielle pertinentes, solides et équilibrées. Il est au cœur des missions de  l’INPI d’armer tous les acteurs de notre économie, des plus grandes aux plus petites structures, à un même niveau  de connaissance et d’utilisation de la propriété industrielle. Gageons que cet accompagnement sur-mesure,  couplé aux évolutions du cadre juridique modifié par la loi Pacte du 22 mai 2019, facilitera la conclusion de  partenariats solides et pérennes et l’émergence de nombreuses innovations françaises.» commente Pascal  Faure, Directeur général de l’INPI. 
« Cette édition 2020 du palmarès des déposants de brevets en France – qui, compte tenu des 18 mois de  décalage entre dépôt et publication des brevets, n’inclut pas encore la période de crise sanitaire que nous  traversons – est une fois encore largement dominée par les grands groupes, pour qui stratégie d’innovation et  stratégie de propriété industrielle sont indissociables. Les grands acteurs de l’économie française s’affichent  naturellement en tête, et notamment, aux tous premiers rangs, ceux du transport. 

Les deux premiers déposants au-dessus des 1 000 demandes de brevets publiées 

Le Groupe PSA conserve la tête du classement, 1ère place regagnée en 2019, après l’avoir perdue au  profit du Groupe Valeo entre 2016 et 2018. Avec 1 239 demandes de brevets publiées (contre 1 183 en  2019), son nombre de demandes de brevets publiées augmente de plus de 4 % cette année.  

Safran gagne une place et passe au deuxième rang avec 1 103 demandes publiées en 2020 (contre 871 en 2019), soit une augmentation de plus de 26 %. 

Ces deux premiers déposants sont au-dessus des 1 000 demandes de brevets publiées en 2020. La 3e place est occupée par le Groupe Valeo avec 819 demandes publiées (contre 1034 en 2019).  

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) conserve la 4e place avec 646 demandes publiées en 2020 (659 en 2019). Le Groupe Renault est à la 5e place du classement, avec  483 demandes de brevets publiées, contre 426 l’année précédente, soit une augmentation de plus de  13 %. 

Pour la cinquième année consécutive, les quatre premiers déposants restent inchangés, avec une inversion  des rangs 2 et 3 par rapport à 2019.

Trois entreprises de taille intermédiaire dans le Top 50 

Comme l’an dernier, trois entreprises de taille intermédiaire (ETI1) figurent parmi les 50 premiers déposants  de brevets à l’INPI (contre deux en 2017 et 2018) : 

Gaztransport et Technigaz (GTT), société d’ingénierie navale des Yvelines, spécialisée dans la  conception de systèmes de stockage et de transport des gazs liquéfiés, déjà présente dans le  palmarès l’an dernier, se classe à la 30e place (+1 place, 58 demandes publiées comme en 2019) 

Le Groupe Soitec, spécialiste de la production de matériaux semi-conducteurs, présent dans le  palmarès depuis 2017, est à la 48e place (-9 places, 30 demandes publiées contre 35 l’an dernier) – Exel Industries, spécialisée dans la pulvérisation agricole et industrielle, entre au palmarès à la  49e place (29 demandes publiées). 

La recherche publique davantage présente 

13 établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État (RESE) sont  présents dans le palmarès des principaux déposants (contre 10 l’an dernier). 

Les trois premiers établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État du  classement sont :  

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) qui se maintient à la  4e place (avec 646 demandes publiées, contre 659 en 2019) 

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) conserve sa 6e place (384 demandes  publiées, contre 356 en 2019) 

IFP Energies nouvelles se classe à la 15e place (-2 places, 198 demandes publiées contre 190 l’an  dernier). 

8 nouveaux entrants dans le Top 50 des déposants, dont cinq établissements de Recherche,  d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État : 

⮚ Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement : 42 demandes  publiées – 35e place 

Amadeus : 40 demandes publiées – 37e place  

⮚ Université Grenoble Alpes : 40 demandes publiées – 37e place 

⮚ Institut Mines Télécom : 33 demandes publiées – 42e place 

⮚ Institut polytechnique de Bordeaux : 33 demandes publiées – 42e place 

⮚ Soletanche Freyssinet – Vinci Construction : 32 demandes publiées – 44e place 

⮚ Institut polytechnique de Grenoble : 31 demandes publiées – 45e place ⮚ Exel Industries : 29 demandes publiées – 49e place

Une concentration de plus en plus importante  

Depuis le début de l’existence de ce palmarès, la concentration des 50 premiers déposants de brevets ne  cesse d’augmenter. Ils représentaient 33,1 % des demandes publiées en 2004 (première année du  palmarès), 47,7 % des demandes publiées en 2009 ans et représentent plus de la moitié l’ensemble des  demandes de brevets depuis 3 ans : 52.5 % en 2018 ; 52 % en 2019 ; 54,8 % en 2020. 1 Une entreprise de taille intermédiaire (ETI) est une entreprise qui a entre 250 et 4 999 salariés, et soit un chiffre d’affaires n’excédant pas 1,5  milliard d’euros soit un total de bilan n’excédant pas 2 milliards d’euros. Une entreprise qui a moins de 250 salariés, mais plus de 50 millions  d’euros de chiffre d’affaires et plus de 43 millions d’euros de total de bilan est aussi considérée comme une ETI.

PALMARÈS DES 50 PREMIERS DÉPOSANTS DE BREVETS : DEMANDES DE BREVETS PUBLIÉES A L’INPI EN 2020

Gaztransport et Technigaz (GTT) N°1 des déposants de la catégorie « Entreprises de taille  intermédiaire »

Les ETI qui constituent ce Top 10 cumulent 248 demandes publiées en 2020.
Elles couvrent des activités très larges, du transport de gaz naturel liquéfié à l’équipement automobile, en passant par la pulvérisation agricole et industrielle.
La région Île-de-France est la région où ces entreprises déposent majoritairement.

Gaztransport et Technigaz (GTT), société d’ingénierie navale des Yvelines, conserve sa 1ère place des entreprises de taille intermédiaires (ETI), avec 58 demandes de brevets en 2020 (comme l’an dernier).

Aledia N°1 des déposants de la catégorie « Petites et moyennes entreprises »

Les 10 premières PME déposantes de brevets à l’INPI cumulent 137 demandes publiées en 2020. 

Les activités de ces PME sont très variées : LED, enceintes audio, biotechnologie, nanotechnologie,  géolocalisation, etc. 

La région Auvergne-Rhône-Alpes est la région où ces entreprises déposent majoritairement.  

Aledia, entreprise grenobloise spécialisée dans les technologies LED, est à la tête du classement « PME »,  avec 18 demandes de brevets publiées en 2020.  

Devialet, société de haute technologie dans le domaine de la musique, lauréate des Trophées INPI 2013  dans la catégorie brevet et membre du Next 40 promotions 2020 et 2021, fait son entrée dans le Top 10  des PME.

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) N°1 des déposants de la catégorie « Etablissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’état » (RESE)

Les dix premiers établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’Etat de ce classement cumulent, chaque année depuis 2018, plus de 1 500 demandes de brevets publiées.

Ils se situent entre le 4e et le 42e rang du palmarès des principaux déposants de brevets à l’INPI en 2020.


La région Île-de-France est la région où ces établissements déposent majoritairement.
Les quatre premiers déposants de ce classement (CEA, CNRS, IFP Energies Nouvelles et EDF) sont identiques à ceux de l’année dernière.

Collaboration recherche/industrie :

  • le CNRS N°1 des établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et
    établissements de l’État déposants en co-dépôt avec des entreprises
  • le Groupe PSA N°1 des entreprises déposantes en co-dépôt avec des établissements de
    Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État
  • la PME Supergrid Institute présente dans le Top 10 des co-dépôts entreprises/recherche
    publique
    Pour la deuxième fois cette année, l’INPI s’est penché sur les co-dépôts recherche/industrie.

Les deux premiers établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État déposants de brevets en co-dépôt avec des entreprises sont identiques à ceux de l’an dernier :

  • le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) avec 167 demandes publiées (contre 158 demandes en 2019)
  • le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) avec 73 demandes de brevets publiées (contre 67 demandes en 2019). Sept établissements d’enseignement supérieur public sont présents dans ce Top 10. Leur volume de demandes de brevets publiées est plus faible que les autres établissements mais leur part de co-dépôt est plus importante (près de 80 % en 2020).

En 2020, les 10 principales entreprises qui ont co-déposé des demandes de brevets avec des établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’État sont essentiellement de grandes entreprises :

  • Le Groupe PSA, troisième l’an dernier, passe en tête avec 28 demandes de brevets réalisées en co-dépôt (contre 17 en 2019) suite à une collaboration recherche/industrie avec principalement
    le CNRS, l’université de Bordeaux, l’institut polytechnique de Bordeaux et l’Institut Mines Télécom.
  • –  Safran, premier l’an dernier, recule en deuxième position avec 27 demandes de brevets réalisées en co-dépôt (contre 42 l’an dernier) suite à une collaboration recherche/industrie avec principalement le CNRS et le CEA.
  • –  arrivent ensuite en troisième position à égalité Thalès et le Groupe Arkema, respectivement 2e et 5e l’an dernier, avec 22 demandes de brevets publiées à l’INPI en 2020 et réalisées en co- dépôt suite à une collaboration recherche/industrie (contre 32 et 14 demandes en 2019). Une PME apparaît dans ce classement : Supergrid Institute (8 demandes de brevets), institut de recherche dans les réseaux électriques en courant continu à haute tension et 4ème au classement PME, collabore principalement avec le CNRS.

Source : Safran

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!