rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

Méditerranée : un chasseur RAF F 35B coule.

news actualités aéronautique aeromorning

Le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth, qui vient d’entrer dans la phase finale de sa première mission de longue durée, a perdu son premier avion embarqué, l’un des huit F-35B de l’escadron n° 617 de la RAF, la Royal Air Force, alors qu’il naviguait en Méditerranée entre l’Égypte et Chypre. En effet, lors d’un vol de routine, le F-35B s’est écrasé le mercredi 17 novembre à 10h00 dans les eaux internationales de la Méditerranée. Le pilote éjecté a été récupéré sain et sauf par un hélicoptère EH 101 Merlin qui avait décollé du Queen Elizabeth.

Le porte-avions britannique transportait 18 F-35B, dont 10 de l’escadron 211 de chasseurs d’attaque du corps des Marines des États-Unis, quatre hélicoptères d’attaque maritime Wildcat, sept hélicoptères Merlin Mk2 de lutte anti-sous-marine et de détection précoce aéroportée et trois hélicoptères commando Merlin Mk4. Le groupe d’attaque phare de la Royal Navy était escorté par six navires, un sous-marin de la marine britannique, un destroyer américain et une frégate des Pays-Bas. Le porte-avions britannique et son puissant groupe de combat ont quitté leurs amarres le 22 mai dans les ports de Devonport, Portsmouth et Loch Striven (en Angleterre) et de Den Helder (aux Pays-Bas) pour se lancer dans une campagne navale exigeante appelée Fortis 21.

Les unités ont fait route pendant sept mois, avec une escale extrême à l’est, au Japon. Le porte-avions britannique et son groupe aérien CSG 21 auraient été suivis par des chasseurs et des navires russes opérant non loin des côtes syriennes. Un problème technique ou une erreur humaine serait la cause privilégiée d’un acte hostile.

Le Lockheed Martin F-35 Lightning II, connu simplement sous le nom de F-35, est un avion de combat de cinquième génération. Il s’agit d’un avion monoplace à ailes trapézoïdales doté de capacités multirôles qui le rendent apte à une variété de missions, du bombardier à l’intercepteur. Il s’agit du premier avion supersonique, furtif et STOVL (Short Take-Off and Vertical Landing) de l’histoire de l’aviation. L’un des défis sera de récupérer l’épave le plus rapidement possible afin de faciliter l’enquête et… d’éviter les « curieux », Russes et Chinois, qui voudraient en savoir plus sur le F-35. « Une priorité immédiate sera la récupération de l’épave, note le site britannique Navy Lookout. Il s’agit à la fois de s’assurer que les technologies et les données sensibles stockées à bord ne tombent pas entre de mauvaises mains et de faciliter toute enquête sur les causes de l’accident. »

Le Royaume-Uni dispose de peu de capacités pour mener à bien une telle mission dans les eaux profondes de la Méditerranée. Pendant la guerre froide, les États-Unis et la Russie ont développé des capacités avancées pour les opérations de récupération du fond marin. Le véritable prix pour les Russes serait une partie de l’électronique de pointe du F-35 qui pourrait dévoiler certains des secrets de la construction de la cinquième génération d’avions furtifs américains. Cependant, l’épave de ce F-35B, qui pourrait être presque intacte car elle est tombée juste après le décollage, encore à basse altitude et à faible vitesse, reste un risque potentiel pour la sécurité car elle est pleine d’équipements classifiés de production sensible qui pourraient fournir de précieuses informations industrielles. Dans cette optique, le Royaume-Uni fera tout ce qui est en son pouvoir pour éloigner les Russes et les autres de l’épave. La surveillance de la zone maritime où l’avion est tombé risque d’être un véritable casse-tête jusqu’à ce qu’une récupération appropriée puisse être organisée. Le ministère britannique de la défense aurait demandé l’aide des États-Unis, qui disposent d’équipements de récupération en Espagne, le pays le plus proche du lieu du crash, alors que la Russie ne dispose pas d’équipements similaires dans la région.

Selon l’Independent, « l’une des raisons de l’implication des États-Unis dans le processus de récupération est que la technologie à bord du F-35B est américaine ». La RAF a indiqué que ses F-35B avaient franchi le cap des 100 000 heures. En 2018, l’un de ces appareils, exploité par le Marine Fighter Attack Training Squadron 501, s’est écrasé à environ 8 km de la base de Beaufort, en Caroline du Sud, en raison d’un défaut de fabrication d’une conduite de carburant. Puis, deux ans plus tard, un F-35B du 3rd Marine Aircraft Wing est entré en collision avec un KC-130J Hercules du Marine Aerial Refueler Transport Squadron 352, au-dessus de la Californie. Des problèmes techniques ont souvent accompagné sa phase d’optimisation et d’essais en vol. En 2020, 13 déficiences ont été identifiées qui pourraient avoir un « impact » sur les missions pour lesquelles il a été conçu. Cinq d’entre elles ont été résolues. En 2017, une cinquantaine de F-35A de l’US Air Force ont été cloués au sol sur la base aérienne de Luke, en Arizona, en raison d’un problème d’oxygène pour les pilotes.

L’acquisition du F35 représente l’un des programmes d’armement les plus coûteux, les plus confidentiels et les plus précieux du Royaume-Uni. Cet avion de cinquième génération est présenté comme le fleuron de l’industrie aéronautique militaire américaine et l’un des plus chers – 100 millions de livres sterling (1,35 million de dollars) chacun. L’accident pourrait susciter des inquiétudes quant à la sécurité de tous les autres avions à réaction F35B, qui sont utilisés par plusieurs pays, dont les États-Unis.

Fabio Gigante

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!