rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
previous arrow
next arrow
Slider

Les compagnies européennes en tête des revenus à la carte en 2018 générant 22,5 milliards de dollars

actualite-news-aeronautiques-spatiales

CarTrawler dévoile le détail par région des revenus à la carte dont le total s’est élevé à 65 milliards de dollars en 2018.

Dublin, Irlande et Shorewood, Wisconsin, le 19 février 2019 : IdeaWorksCompany, la première organisation de consultation sur les revenus additionnels des compagnies aériennes et CarTrawler, la plus grande plateforme de voyage au monde, fournissant des solutions intégrales de transport pour les activités en ligne, ont estimé récemment que les revenus à la carte des compagnies aériennes ont atteint 65 milliards USD à travers le monde en 2018. Ces nouvelles statistiques publiées apportent un éclairage plus détaillé par région et des comparaisons par rapport aux chiffres de 2014.

Chaque année, IdeaWorksCompany, sponsorisée par CarTrawler, analyse les revenus additionnels communiqués par les compagnies aériennes dans le monde entier. Ces résultats sont appliqués à une longue liste de transporteurs (175 en 2018) afin d’estimer l’activité liée aux revenus additionnels des compagnies aériennes dans le monde. La formule à la carte, qui permet aux consommateurs d’ajouter des éléments de confort à leur expérience de voyage en avion, constitue une part significative de ces revenus additionnels. Elle inclut les frais pour les bagages enregistrés, les sièges attribués, les repas vendus à bord, l’enregistrement prioritaire et les divertissements à bord.

Aileen McCormack, Directrice commerciale de CarTrawler, a déclaré : « Les revenus à la carte, soit les options que les consommateurs peuvent ajouter à leur panier lors de l’achat d’un vol, ont affiché une forte croissance partout dans le monde. Les revenus globaux ont plus que doublé sur une période de cinq ans. C’est sans surprise que leur montant a augmenté en Europe et en Amérique du Nord. Les plus fortes hausses se sont produites en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. L’augmentation du nombre de passagers des compagnies aériennes basées dans ces régions explique une bonne partie de ces résultats. Mais avec des compagnies aériennes traditionnelles s’engageant davantage dans les activités à la carte et une présence accrue des transporteurs low cost, il est clair que quelque chose d’autre est en train de se produire. Les revenus additionnels sont en effet en passe de changer le modèle commercial des compagnies aériennes partout dans le monde. »

Le tableau synoptique par régions mondiales en 2018 confirme la diversité de l’activité à la carte selon la région. La prévalence des transporteurs low cost dans une région, de fait, augmente le niveau des revenus additionnels ; une concentration plus élevée de transporteurs low cost décuple les résultats des revenus additionnels et à la carte.

L’Europe est en tête de l’activité à la carte et les transporteurs low cost y génèrent près de 25 % des revenus d’exploitation pour les compagnies aériennes basées en Europe et en Russie. Cette région est le fief de certaines des compagnies affichant les meilleurs chiffres parmi les champions mondiaux des revenus additionnels : easyJet, Eurowings, Norwegian et Ryanair. Des mouvements récents des transporteurs internationaux en Europe, tels que Air France/KLM, British Airways et Lufthansa Group, en vue de mettre en place des tarifs économiques de base sur les routes transatlantiques, viennent contribuer à ce que le niveau d’activités à la carte soit le plus élevé au monde.

En Amérique du Nord, le taux de pénétration des transporteurs low cost est inférieur (10,5 %), mais il atteindrait près de 22 % si Southwest était inclus dans la liste des transporteurs low cost. Cependant, la politique de transport gratuit des bagages de la compagnie fait obstacle à l’obtention de résultats significatifs pour les revenus à la carte. Les dernières actions des 3 principales compagnies aériennes internationales (American, Delta et United) visent à encourager les surclassements vers les tarifs économiques standards en limitant ou en facturant l’attribution des sièges. Cette activité de surclassement, combinée à la facturation des sièges attribués, permet à ces compagnies de faire croître leurs revenus additionnels.

Emirates, Etihad, Qatar

Estimations fondées sur les statistiques de revenus additionnels établies par IdeaWorksCompany d’après les résultats des compagnies aériennes en 2017. * Southwest non inclus en tant que transporteur low cost pour ces calculs. S’il était considéré comme transporteur low cost, le résultat atteindrait 21,9 %. Source : Étude et calculs réalisés par IdeaWorksCompany

En Amérique latine, les frais de bagages sont maintenant autorisés sur les vols domestiques au Brésil, et ils ont été implantés par les principaux transporteurs du pays : Azul, GOL, et LATAM. Les transporteurs low cost et les méthodes à la carte sont de plus en plus répandus. Les transporteurs low cost suivants ont commencé à opérer dans la région aux cours des deux dernières années : Flybondi (Argentine), JetSmart (Chili), Norwegian Air Argentina et Viva Air Peru.

La région Asie/Pacifique dispose d’un nombre important de transporteurs low cost dont les revenus dépassent le milliard de dollars : AirAsia, AirAsia X, Cebu Pacific, Indigo, Jetstar, Scoot, SpiceJet, Spring Airlines et Vietjet. En Chine, on constate une augmentation de l’activité des transporteurs low cost avec le développement de 9 Air, Beijing Capital Airlines, China United Airlines, Lucky Air et West Air. Avec toute cette activité, la lenteur des transporteurs à réseau mondial à l’heure d’adopter les méthodes des revenus additionnels est surprenante.

Traditionnellement, les transporteurs basés en Afrique et au Moyen-Orient se sont positionnés contre la facturation de frais supplémentaires et l’activité des opérateurs low cost dans cette région a été bien moindre que dans le reste du monde. Cependant, cette situation évolue lentement et les trois principaux transporteurs du Golfe (Emirates, Etihad et Qatar) sont en train de mettre en place des frais d’attribution de siège pour les tarifs les plus bas. Ces compagnies incluent encore des bagages enregistrés dans ces tarifs.

La troisième loi de Newton indique que « pour chaque action, il existe une réaction opposée de force équivalente ». L’ « action » dans le cas des revenus additionnels est l’avancée inexorable des transporteurs low cost partout dans le monde. Norwegian, Eurowings et WOW Air ont clairement perturbé le régime tarifaire établi dans la région nord-atlantique. En Europe, easyJet, Ryanair, Volotea, Vueling et Wizz continuent de stimuler les consommateurs européens avec des économies à la carte. La « réaction opposée » a été l’adhésion étonnamment rapide des plus grands et plus anciens noms de l’aviation commerciale au concept de revenus additionnels. Par effet domino, Air France/KLM, American, British Airways, Delta, Lufthansa et United ont déployé leur propre version des tarifs économiques de base.

Ces tarifs ont été conçus pour reproduire ceux de leurs cousins low cost en proposant fondamentalement un siège à bord. L’ajout contre paiement d’un bagage enregistré, d’un siège attribué ou de l’embarquement prioritaire contribue ainsi aux revenus à la carte. Actuellement, la dynamique d’action-réaction est largement limitée aux vols au sein de l’Europe et des États-Unis, et aux routes transatlantiques. L’Asie, l’ Afrique et le Moyen-Orient n’ont pas encore étés touchés par la propagation des tarifs économiques de base. Si ce vocabulaire suggère des similarités avec la propagation d’un virus, force est de constater que les revenus additionnels s’avèrent en réalité un traitement efficace. L’économie mondiale semble prompte à fournir des prix du carburants instables, pouvant plonger ou grimper de façon soudaine. Des périodes économiques difficiles en raison de l’instabilité politique et de guerres commerciales croissantes se profilent également.

Les revenus additionnels, dont la locomotive est la vente des suppléments à la carte, fonctionnent comme une protection contre ces risques. Ils permettent d’éliminer le poids des fluctuations des tarifs aériens sur une partie des sources de revenus du transporteur. Ils viennent récompenser les compagnies aériennes dans leurs efforts pour déployer une stratégie commerciale vigoureuse. Mieux encore, ils fournissent aux consommateurs la possibilité de choisir un prix total pour leur voyage s’ajustant au mieux à leurs besoins. Les revenus additionnels sont un bouclier face à l’incertitude financiere qui semble constamment planer dans le secteur du transport aérien.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!