rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

Interview de Yann Reber, Corsair

Livraison A330neo Corsair

Interview de Yann Reber, directeur technique de Corsair du 9 juin 2021

Le point sur la flotte Corsair :

Dès 2019 et pour des raisons de recherche d’efficacité, Corsair a entamé l’étude de la modernisation de sa flotte en faveur d’une mono flotte Airbus A330. Il s’agissait d’un choix technique cohérent car adapté au réseau long-courrier de Corsair, permettant d’être plus flexible en disponibilité avion, d’augmenter les fréquences, de poursuivre le développement de parts de marchés sur le segment long-courrier et de réduire les coûts d’opération (moins de stocks de pièces de rechange, moins de diversité training pilotes et mécaniciens, etc)

L’année 2020 a été le coup d’envoi vers cette nouvelle flotte mono-type :

  • Les Boeing B747 400 et un Airbus A330-200 (plus petit que le A330-300) ont été sortis de la flotte,
  • 2 A330 300 ont été intégrés dans la flotte, en plus des 2 A330-300 déjà présents.
  • avant de recevoir ensuite un A330neo

L’année 2021 jusqu’à avril 2022 correspond au plein déploiement de cette flotte monotype Airbus A330 (A330-300 ou A330neo) avec l’introduction du récent A330neo, version améliorée de l’A330-300 équipée d’une nouvelle voilure et de nouveaux moteurs correspondant aux dernières avancées technologiques dans le respect de l’environnement.

Ainsi le 31 Mars 2021 à Orly, Corsair a reçu le premier A330neo, puis le second appareil le 12 Mai 2021 à Toulouse avec le 3eme prévu fin juin 2021, le 4ème en décembre 2021, et le 5ème en avril 2022.

L’A330neo réduit de 60% de l’empreinte sonore et de 25% la consommation de carburant et les émissions carbonées par rapport aux avions de la génération précédente.

L’A330neo comparé aux A330 classique, à fuselage identique, offre une nouvelle cabine de 352 sièges augmentant la classe business de 20 sièges et la premium de 21 sièges.

Cette nouvelle cabine A330neo permet aussi d’offrir des services plus adaptés aux nouvelles attentes de ses clients, tout en respectant les critères de la flotte Corsair : cette nouvelle cabine est équipée de wifi .

Face à la concurrence, en sus de ces atouts de confort de la cabine, Corsair aura l’une des plus jeunes flottes du marché avec 5 A330neo et 4 A330-300 avec une moyenne d’âge de 5 ans.

Corsair et la maintenance prédictive

L’objectif numéro 1 Corsair est la priorité absolue donnée à la sécurité des vols. La performance opérationnelle, la ponctualité et la maîtrise des coûts viennent ensuite.

La maintenance prédictive est l’un des outils de la compagnie qui doit contribuer au respect des objectifs de sécurité, de disponibilité et de coûts.

Yann Reber, le Directeur Technique Corsair est entouré de personnels hautement qualifiés pour lesquels il est apparu important de rentrer plus avant dans l’ère du numérique. Dans ce cadre, Corsair poursuit sa transformation digitale, et introduit la maintenance prédictive.

Cette maintenance prédictive consiste à détecter – par des capteurs enregistrant en vol – des signes de faiblesses d’un certain nombre de pièces de l’avion avant qu’elles ne tombent en panne. L’objectif est de remplacer les pièces avant qu’une panne ne vienne perturber la sécurité ou régularité des vols. Pour cela, Corsair collecte un grand nombre d’informations de l’avion et se charge de les analyser.

En septembre 2020, la compagne a signé avec Airbus un contrat de maintenance prédictive s’appuyant sur un serveur avion dédié, Fomax (Flight Operations and Maintenance Exchanger), alimenté par des capteurs avions et dont les données de sortie sont analysées par un logiciel dit « Skywise ».

Le traitement des données collectées par la compagnie et le constructeur Airbus sur tous les avions équipés de ce système contribue à améliorer la sécurité, la disponibilité et les coûts d’exploitation tout en augmentant la satisfaction des passagers : plus ou très peu de vols retardés ou annulés pour cause de panne.

Corsair et l’écologie : politique et actions ?

les enjeux du développement durable sont intégrés en permanence dans toutes les projets de Corsair selon Yann Reber.

Yann Reber – Directeur Technique de Corsair @CORSAIR

« Le choix de la flotte Corsair, récente et comprenant les modèles les plus économes sur le marché est une preuve de la volonté de Corsair de participer à la transition énergétique.

Mais cela ne s’arrête pas là chez Corsair et on pourrait citer d’autres mesures prises en faveur de l’environnement comme par exemple: la dématérialisation des procédures de maintenance, l’utilisation de tablettes en remplacement du papier, etc »

Préparatifs de la maintenance au sol après la COVID et des mois d’interruptions des vols

Yann Reber indique que les activités de maintenance de Corsair pendant toute la période COVID n’ont jamais cessé. « Il s’agissait d’effectuer toutes les vérifications calendaires, de faire tourner les moteurs, d’inspecter les avions, de faire tourner les roues, etc.

Il a fallu aussi s’assurer de la formation des pilotes pour cette reprise après des mois d’activité réduite »

Ouverture de la ligne Lyon-Guadeloupe

Ce renouvellement avion vers une flotte Corsair plus récente, plus confortable, plus économe permet à la compagnie d’envisager l’avenir avec confiance et de se développer : Corsair Compagnie aérienne française régulière long courrier emploie 970 collaborateurs. Elle transporte 1,2 million de passagers par an, opère des vols réguliers vers les Caraïbes (Guadeloupe et Martinique), l’océan Indien (La Réunion, l’île Maurice, Mayotte), l’Afrique (Côte d’Ivoire) et le Canada (Montréal).

L’ouverture de vols province au départ de Lyon et Marseille vers La Réunion et Mayotte est prévue à compter du 21 juin 2021, l’ouverture des vols directs Lyon / Pointe à Pitre à compter du 17 décembre 2021 et Nantes / Fort de France à compter du 16 décembre 2021.

Yann Reber déclare « Oui après cette période COVID, il y a un désir fort de voyager de nouveau et Corsair souhaite y participer grâce à un programme de vol très dynamique, avec de nouvelles lignes pour renforcer les dessertes de l’Outre-mer ». Nadia Didelot pour AeroMorning

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!