Liebherr Aerospace
PARIS AIR FORUM 2023
rossi-aero-mecanique-industrielle
bandeau-liebherr-aerospace-2017-698x86.jpg
Groupe-Liebherr-aeromorning.com
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

Les F-35B de l’armée italienne s’entraînent sur l’île de Pantelleria.

Le 27 février, au détachement de l’aéroport de l’île de Pantelleria, un exercice interforces impliquant l’interaction d’avions F-35B de la marine et de l’armée de l’air italiennes a eu lieu. Cet entraînement s’inscrit dans le cadre du processus de développement des capacités interforces, fortement soutenu par le ministre italien de la Défense, Lorenzo Guerini, et marque une nouvelle étape dans le processus d’intégration des avions multirôles de cinquième génération, qui a débuté avec le récent exercice international impliquant le porte-avions Cavour de la marine italienne et les avions F-35B de la marine et de l’armée de l’air, ainsi que le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth.

L’exercice visait notamment à accroître la capacité expéditionnaire depuis le sol grâce à l’utilisation d’une base « austère » non adaptée aux opérations de vol d’avions à décollage conventionnel. Le chef d’état-major des armées, l’amiral Giuseppe Cavo Dragone, le chef d’état-major de la marine, l’amiral Enrico Credendino et le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Luca Goretti, ont assisté à l’événement. Le chef d’état-major des armées, l’amiral Giuseppe Cavo Dragone, s’est dit particulièrement satisfait et a souligné : « L’objectif est de parvenir à une capacité expéditionnaire à la fois sur terre et à bord des unités navales, en utilisant les moyens F-35 B de la marine et de l’armée de l’air de manière intégrée et synergique, tout en respectant les prérogatives des chefs des armées.

Il y aura des synergies de plus en plus profitables qui permettront un déploiement unifié de la capacité STOVL, c’est-à-dire que, selon le domaine de référence, les F-35 B pourront être transférés sous le contrôle opérationnel de l’une ou l’autre des forces armées, en répondant toujours au chef d’état-major de la défense par l’intermédiaire du commandement des opérations du sommet inter-forces ».

Profitant des caractéristiques du décollage court et de l’atterrissage vertical (STOVL), les F-35B des deux forces armées ont atterri au détachement aéroportuaire de l’île de Pantelleria de façon « expéditionnaire » et ont effectué un ravitaillement au sol, moteurs allumés, en jargon technique « hot-pit », à partir d’un avion KC-130J de la 46e brigade aérienne de l’armée de l’air italienne stationnée à Pise, grâce au système spécial ALARP (Air Landed Aircraft Refuelling Point). Ensuite, sur la base d’un scénario opérationnel/exercice, les deux F-35 B et deux autres EF2000 ont mené des opérations complexes appelées COMAO (Composite Air Operation).

Il s’agit notamment de l’appui aérien rapproché (CAS) aux forces de surface grâce aux contrôleurs d’attaque terminale conjointe (JTAC) basés au sol, et de l’interdiction aérienne avec une gestion stratégique et tactique effectuée par les avions G550 CAEW de la 14e escadre. En outre, un avion KC767A a pris part à l’exercice en proposant un ravitaillement.

Organisé et coordonné par le commandement de l’escadron aérien, l’exercice a servi à accroître le niveau de coopération entre la marine et l’armée de l’air en exploitant les caractéristiques STOVL des aéronefs grâce au ravitaillement à chaud sur des pistes éloignées et à l’entraînement aux opérations de défense aérienne du groupe naval ; identifier les synergies dans l’utilisation d’un système d’armes qui, bien qu’ayant des missions différentes, a la même portée et les mêmes caractéristiques d’armement et peut opérer sans discrimination à partir de navires de l’OTAN et/ou de pistes austères (présentes dans le monde 20 fois plus que les pistes traditionnelles).

Après la pleine synergie démontrée dans l’activité conjointe menée avec le porte-avions CAVOUR et le HMS Queen Elizabeth dans le développement de la capacité nationale de projection à partir de la mer, l’événement sur l’île de Pantelleria démontre comment les caractéristiques STOVL du système d’armes F-35B peuvent étendre de manière significative les possibilités de la Défense de projeter la puissance aérospatiale pour opérer également à partir de la terre de manière encore plus capillaire et en profondeur dans toutes les zones d’intérêt possibles. Les activités de formation se sont déroulées en deux phases distinctes.

La première partie, destinée à renforcer les capacités STOVL de l’armée de l’air italienne, a consisté, après la jonction des deux avions F35B, à atterrir sur l’île de Pantelleria, qui simulait un avant-poste sans capacités logistiques (ou extrêmement réduites) – une base « austère » – où un C130J de l’armée de l’air italienne, également capable d’atterrir sur des pistes courtes, même non pavées, a ravitaillé les deux avions au sol. La deuxième partie de l’activité de formation s’est déroulée dans l’air où, les deux avions F-35B ont effectué le COMAO avec des avions EF2000.

Le ravitailleur KC767A et le G550 CAEW de la 14e escadre de l’armée de l’air italienne ont participé aux deux déploiements pour le ravitaillement en vol et les opérations de commandement et de contrôle, respectivement. Les opérations aériennes composites (COMAO) sont des activités menées par de multiples plates-formes intégrées dans un seul « paquet » d’aéronefs et de systèmes afin de poursuivre une mission ou une activité spécifique.

Dans cette activité d’entraînement, la COMAO a été réalisée dans la zone opérationnelle au-dessus de la Calabre et la partie d’entraînement dans les airs avec deux déploiements, des avions F35B d’un côté et des avions EF2000 de l’autre, et avec la participation de KC767A, G550 CAEW et JTAC au sol. L’avion-citerne et le CAEW ont apporté leur soutien aux deux déploiements, tant pour le ravitaillement en vol que pour les communications et le commandement et contrôle (C2). Dans le cadre du scénario d’entraînement (du COMAO), il y avait un événement CAS.

L’activité réalisée au cours de l’exercice, qui fait suite à l’activité conjointe dans le contexte expéditionnaire en mer, réalisée avec le porte-avions Cavour et le HMS Queen Elizabeth le 21 novembre 2021, visait à rechercher des synergies dans le contexte de l’entraînement entre les avions F-35B de la Marine et de l’Armée de l’air, respectivement engagées dans le processus d’obtention de la capacité opérationnelle initiale maritime et terrestre.

L’objectif était d’exprimer une capacité expéditionnaire aérienne inter-forces et multi-domaines, fonctionnelle au développement d’un instrument militaire national moderne basé sur le système d’arme F-35B STOVL, en capitalisant sur l’expertise spécifique du secteur et l’expérience antérieure acquise par les équipes de vol des forces armées respectives. Sur de nombreux théâtres d’opérations, il n’existe pas de pistes adaptées au décollage conventionnel des avions, mais plutôt des pistes dites de base/austères. Celles-ci sont généralement dépourvues de capacité de soutien logistique ou n’en ont qu’une très faible (dans le jargon, elles sont appelées « bases austères ») et sont généralement situées loin des BFS/BLF. D’autres fois, ils sont petits parce qu’ils ont été créés pour d’autres besoins ou parce qu’ils sont partiellement endommagés/inopérables (donc partiellement fermés).

Afin d’éviter de faire courir des risques aux avions sur des bases aériennes souvent éloignées du théâtre réel des opérations, avec une augmentation des coûts (utilisation d’avions ravitailleurs) et des risques opérationnels dus à l’augmentation des distances à parcourir en vol, on utilise ces bases austères, idéalement proches des zones d’opération pour augmenter la flexibilité dans l’utilisation du système d’armes et réduire considérablement les temps d’intervention. Ses caractéristiques de décollage court et d’atterrissage vertical offrent au F-35B une flexibilité et une agilité d’utilisation énormes, lui permettant d’être positionné près des zones de crise dès les premières phases du conflit – réduisant ainsi les délais de constitution des forces et, de fait, anticipant la collecte d’informations – grâce à la chaîne de traitement, d’exploitation et de distribution – préparatoire au déploiement du plus grand ensemble de forces aérospatiales sur le théâtre.

La capacité expéditionnaire aérienne du F-35B

La capacité expéditionnaire aérienne du F-35B (littéralement, la capacité de « projeter ses forces à travers l’atmosphère ») est donc logiquement et naturellement liée aux caractéristiques distinctives de la puissance aérospatiale de l’armée de l’air italienne (altitude, vitesse, portée), ubiquité et persistance) et s’inscrit dans le concept plus large de capacité nationale de projection aérospatiale rapide (déclinaison italienne du pilier doctrinal appelé mobilité aérienne), une capacité qui, depuis des années, s’appuie sur les effectifs et les équipements de la 46e brigade aérienne de Pise, de la 14e escadre de Pratica di Mare, de la 3e escadre de Villafranca, de l’unité mobile de commandement et de contrôle de Bari et de bien d’autres encore, selon les besoins.

Cette capacité exalte plus que toute autre le rôle stratégique de la puissance aérospatiale, qui réduit le temps et le coût d’une opération en exploitant l’omniprésence de l’atmosphère (et bientôt de l’espace) et l’absence de frontières physiques.

Le porte-avions italien Cavour, récemment certifié pour les opérations avec des avions F-35B à la suite d’un processus d’adaptation aux normes JSF et d’une campagne de préparation aux opérations (RFO) menée aux États-Unis pour la certification de la paire F-35B/Nave, représente la plus haute expression nationale de la capacité expéditionnaire en mer pour les opérations menées depuis et en mer, ainsi que pour la protection de la flotte nationale. GRUPAER, basé sur la base aérienne de Grottaglie (TA), contribue avec ses avions à assurer le système d’armement principal du porte-avions, la composante aéronautique. Un système d’armes qui aujourd’hui, après une solide expérience basée sur 30 ans d’opérations avec l’AV-8B Harrier, a entamé la délicate transition de la ligne d’héritage à la nouvelle capacité de 5ème génération basée sur l’avion F-35B.

La marine italienne continue de donner la priorité au processus d’obtention de la capacité opérationnelle initiale (COI) du porte-avions F-35B, afin d’assurer une transition en douceur de la ligne d’anciens AV-8B vers le nouvel avion de combat de 5ème génération, tout en cherchant à accroître à l’avenir la formation et les interactions opérationnelles aux niveaux national et international avec les groupes de porte-avions alliés. L’avion F-35 est un système d’armes aéronautique de cinquième génération, hautement complexe et articulé, mais doté d’un spectre de capacités opérationnelles qui – une fois pleinement intégré dans l’instrument aérospatial global – lui permet d’accomplir simultanément et de manière autonome toutes les missions de la doctrine aéronautique. 

La technologie de pointe appliquée aux capteurs embarqués et la faible observabilité de l’aéronef (capacité réduite à être détecté par le RADAR) sont des éléments distinctifs qui lui permettent d’augmenter de façon exponentielle son efficacité opérationnelle, garantissant non seulement des niveaux de survie plus élevés en territoire hostile, mais aussi un haut niveau de conscience et de connaissance du scénario tactique spécifique, ce dernier étant un élément extrêmement précieux dans les scénarios de crise futurs auxquels les grandes plateformes aériennes, les véhicules de surface et les navires n’auront pas accès. Le Joint Strike Fighter (JSF) est produit en trois variantes : la variante A, Conventional Take-Off and Landing (CTOL) : une version à décollage et atterrissage conventionnels.

Utilisée par de nombreuses forces aériennes occidentales, dont l’armée de l’air, et la Japan Air Self-Defence Force (JASDF) ; la variante B, Short Take-Off and Vertical Landing (STOVL) : Short Take-Off and Vertical Landing (STOVL) : version à décollage court et atterrissage vertical destinée à être utilisée tant sur les pistes austères que sur les unités navales LHA/LHD/CV (Amphibious Assault Ships and Aircraft Carrier).

Utilisée, outre la marine et l’armée de l’air italiennes, par la Royal Air Force et la Royal Navy britanniques, l’US Marines Corps et la Japan Air Self-Defence Force – JASDF ; variante C, Carrier Variant (CV) : Version navale avec des ailes repliées, un train d’atterrissage renforcé et une capacité de carburant accrue – en service sur les porte-navires de l’US Navy équipés d’un système de catapulte. La 32e escadre de l’armée de l’air, basée à Amendola (Foggia), est l’une des unités volantes de l’armée de l’air, qui relève du commandement des escadrons aériens de Rome, par l’intermédiaire du commandement des forces de combat de Milan.

Il s’agit du premier département en Europe à opérer avec l’avion F-35A qui, depuis mars 2018, est intégré au système national de défense aérienne, contribuant à la défense du ciel italien avec des capacités opérationnelles spécifiques et une technologie de pointe. Après avoir atteint la capacité opérationnelle initiale (COI) en 2018, il participe également, à partir de 2019, aux opérations de police aérienne de l’OTAN en dehors des frontières nationales. La 32e escadre est la seule escadre en Europe qui déploie conjointement des F-35A (CTOL) et des F-35B (STOVL) – à partir de février 2020 – contribuant, avec les avions de 5e génération, à la capacité expéditionnaire aérienne de la Force armée. En outre, à l’aide des avions pilotés à distance MQ1-C et MQ9-A, le ministère mène des opérations de renseignement, de surveillance, d’acquisition de cibles et de reconnaissance (ISTAR), tant au niveau national que de la coalition.

Enfin, grâce à l’avion MB-339, la 32ème escadre complète la formation des pilotes APR afin de maintenir le niveau opérationnel adéquat attendu également sur les avions à pilotage conventionnel. Le GRUPAER, fondé en février 1991, a reçu en juin de la même année deux avions biplaces TAV-8B « Harrier », qui ont atterri le 23 août 1991 sur le porte-avions italien Garibaldi, amarré à la base navale de Norfolk (USA). La livraison des avions monoplaces restants s’est terminée en novembre 1997, complétant ainsi l’affectation de 18 avions (2 biplaces pour la formation et 16 monoplaces). Avec le Harrier, un chasseur-bombardier monoplace multirôle doté de capacités de décollage et d’atterrissage verticaux et courts (VTOL-STOVL), le GRUPAER a accompli et accomplit toujours d’importantes tâches depuis le porte-avions, telles que la couverture et la défense aériennes, l’interdiction et l’attaque de cibles terrestres et navales, les opérations amphibies et la reconnaissance.

Le Groupe a participé à de nombreuses opérations internationales, à commencer par « United Shield » en 1995 en Somalie, ALBA NEO en 1997, « Allied Force » de l’OTAN en 1999 au Kosovo, « Enduring Freedom » en Afghanistan en 2001/2002 et les plus récentes « Opération Leonte » au Liban en 2006 et « Unified Protector » de l’OTAN en Libye en 2011. En 2018, le GRUPAER a reçu le premier F-35B (4-01) de l’installation d’assemblage final et de vérification (F.A.C.O.) de Cameri, qui sera suivi du 4-02 en 2019 et du 4-03 en 2021.

Source : Fabio Gigante

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!