rossi-aero-mecanique-industrielle
Slider
Collins
previous arrow
next arrow
Slider

Delta Air Lines et la reprise

Béatrice de Rotalier, Directrice France de Delta Air Lines a répondu aux questions d’AeroMorning.

AeroMorning: Quel est le plan de reprise sachant que le trafic aux États-Unis semble croître plus vite qu’en Europe ?

Delta : Nous disons depuis un certain temps que la reprise internationale aura 12 à 18 mois de retard sur nos activités domestiques. Nous attendons avec impatience la levée des restrictions aux frontières pour redémarrer de manière significative nos activités internationales et espérons que davantage de pays le feront dans les mois à venir alors que la vaccination se poursuit à un rythme soutenu. Delta a repris certains services essentiels vers la France en mai dernier après une courte pause au cours des premières étapes de la pandémie et nous avons maintenu un service continu depuis pour répondre aux besoins de voyage essentiels de nos passagers.

Notre important réseau domestique américain positionne bien Delta pour la première phase de reprise. Les tendances récentes de la demande sont encourageantes, les réservations actuelles du segment « Loisirs » sur les vols intérieurs se sont rétablies à 85% par rapport aux niveaux de 2019. Nous nous attendons à ce que cette amélioration se poursuive alors que la demande s’accélère pour la haute saison touristique estivale.

Une fois que l’Union Européenne sera rouverte aux voyageurs américains, nous chercherons à reprendre davantage de vols sans escale. Nous avons un partenariat de longue date avec Air France. En fait, il s’agit de notre partenariat le plus ancien et le plus établi et il permet une connectivité accrue entre l’Europe et l’Amérique du Nord. La reprise réussie de Delta sera motivée par notre connectivité supérieure offerte via les hubs nationaux et les hubs partenaires internationaux, dont Paris.

Il existe une demande importante de voyages entre l’Europe et les États-Unis et nous sommes bien placés pour y répondre une fois que nos passagers pourront à nouveau voler. Nous serons prêts pour les accueillir en tirant parti des atouts du réseau, en repensant l’expérience de vol en fonction des besoins des passagers, et en plaçant l’expérience client au centre de tout ce que nous faisons.

AeroMorning: Delta Airlines a-t-elle une politique de neutralisation carbone au niveau de la société ?

Delta : Depuis de nombreuses années, nous avons mis en place des politiques de compensation carbone et les passagers ont pu soutenir cela en choisissant de compenser leurs émissions chaque fois qu’ils voyagent avec Delta. L’année dernière, nous avons poussé notre engagement en matière de développement durable encore plus loin en devenant la première compagnie aérienne mondiale à s’engager à devenir neutre en carbone avec un investissement prévu de 1 milliard de dollars pour atteindre cet objectif d’ici 2030. Cet engagement reste aussi fort que jamais et, malgré la pandémie, nous prévoyons un budget de plus de 30 millions de dollars pour atténuer les 13 millions de tonnes métriques d’émissions de 2020 grâce à des investissements dans des compensations vérifiées de haute qualité. Plus récemment, nous avons réalisé des améliorations de 12% de l’efficacité énergétique au cours du premier trimestre 2021 par rapport à la même période en 2019, près de la moitié de l’amélioration étant directement liée au renouvellement de la flotte.

En outre, lors du Jour de la Terre cette année, Delta a également annoncé un accord sur le carburant d’aviation durable (SAF) avec la société Takeda en vue de réduire les émissions de carbone lors des voyages d’affaires de ses employés à bord de Delta. Cette collaboration continue de souligner l’impact environnemental positif significatif qui peut être obtenu grâce à une collaboration durable. Elle élargit nos investissements à long terme, souligne les progrès technologiques innovants existants, et s’ajoute aux partenariats avec des entreprises telles que Deloitte, qui achètera également du carburant d’aviation durable (SAF) avec Delta. Cet accord représente une réduction des émissions calculées sur le cycle de vie d’environ 1000 tonnes métriques de dioxyde de carbone, soit l’équivalent du carbone séquestré par près de 530 hectares de forêts américaines ou 756 terrains de football en un an.

Les derniers partenariats interviennent après que nous ayons opéré nos premiers vols avec du carburant durable d’aviation (SAF) en 2019, dans le cadre de la livraison de quatre Airbus 330-900neo entre Toulouse et Atlanta. Nous avons également établi un partenariat avec Airbus et Air BP pour garantir que les livraisons de 20 appareils A321 entre Mobile, en Alabama, et Atlanta seront neutres en carbone, en utilisant un mélange de carburants durables d’aviation (SAF) et des compensations carbone.

En 2019, nous avons fait livrer les neuf premiers appareils. Au total, ces 13 vols ont consommé environ 141 000 gallons de carburant durable d’aviation (SAF), tandis que le SAF utilisé pour les livraisons de l’A321 représente une réduction de 83% des émissions calculées sur le cycle de vie, par rapport au carburéacteur conventionnel.

L’industrie aéronautique représente environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. L’empreinte carbone de Delta est son plus grand impact environnemental, 98% des émissions provenant de ses avions. En tant qu’entreprise responsable, nous pensons qu’il est important de prendre des mesures proactives pour réduire autant que possible cet impact afin de protéger nos communautés pour les générations à venir.

Nadia Didelot pour AeroMorning

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!