previous arrow
next arrow
Slider

Crise grave de la capacité de fret aérien

Crise grave de la capacité de fret aérien

28 avril 2020/

Genève – L’Association internationale du transport aérien (IATA) a publié des données sur les performances du fret aérien en mars, qui montrent un grave déficit de capacité.

La demande mondiale, mesurée en tonnes-kilomètres de fret (CTK*), a chuté de 15,2 % en mars par rapport à l'année précédente (-15,8 % pour les marchés internationaux).
La capacité mondiale, mesurée en tonnes-kilomètres de fret disponibles (ACTK), a diminué de 22,7 % en mars par rapport à l'année précédente (-24,6 % pour les marchés internationaux).
Les marchés internationaux représentent 87 % du fret aérien. La capacité ventrale du fret aérien international a diminué de 43,7 % en mars par rapport à l'année précédente. Cette baisse a été partiellement compensée par une augmentation de 6,2 % de la capacité grâce à l'utilisation accrue d'avions cargo, y compris l'utilisation d'avions de passagers inactifs pour les opérations tout-cargo. 

« Actuellement, nous n’avons pas assez de capacité pour répondre à la demande restante de fret aérien. En mars, les volumes ont chuté de plus de 15 % par rapport à l’année précédente. Mais la capacité a chuté de près de 23%. Ce déficit doit être comblé rapidement car les fournitures vitales doivent arriver là où elles sont le plus nécessaires. Par exemple, la demande d’expéditions de produits pharmaceutiques, qui sont essentielles à cette crise, a doublé. La majeure partie de la flotte de passagers étant inutilisée, les compagnies aériennes font de leur mieux pour répondre à la demande en ajoutant des services de fret, notamment en adaptant les avions de passagers à l’activité tout-cargo. Mais le montage de ces opérations spéciales continue de se heurter à des obstacles bureaucratiques. Les gouvernements doivent réduire les formalités administratives nécessaires pour approuver les vols spéciaux et assurer une facilitation sûre et efficace des équipages », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA.

Il y a encore trop d’exemples de retards dans l’obtention des permis d’affrètement, d’un manque d’exemptions sur les tests COVID-19 pour les équipages de fret aérien, et d’une infrastructure au sol inadéquate à destination/en provenance et au sein des environnements aéroportuaires. Pour être efficace, le fret aérien doit circuler efficacement tout au long de la chaîne d’approvisionnement. L’IATA demande instamment aux gouvernements de le faire :

réduire la paperasserie pour les opérations d'affrètement
Exempter l'équipage du cargo des règles de quarantaine qui s'appliquent à la population générale
S'assurer qu'il y a suffisamment de personnel et d'installations pour traiter efficacement les cargaisons

Lente reprise

Bien qu’il y ait une pénurie immédiate de capacités, l’effondrement de l’économie devrait encore réduire le volume global de fret.

L’analyse à court terme montre que l’activité manufacturière mondiale a continué à se contracter en mars, les mesures de verrouillage imposées par les gouvernements ayant provoqué des perturbations généralisées. Après la forte baisse de février – qui a dépassé celle de la crise financière mondiale – l’indice des directeurs d’achat (PMI) de l’industrie manufacturière mondiale a légèrement augmenté en mars mais est resté en territoire de contraction. Cette amélioration est due à la stabilisation de l’indice PMI de la Chine ; si l’on exclut les résultats de la Chine, l’indice mondial est tombé à son plus bas niveau depuis mai 2009.

Si l’on considère les perspectives pour le reste de l’année 2020, les prévisions de l’Organisation mondiale du commerce ne laissent guère présager une reprise rapide. Le scénario optimiste prévoit une baisse de 13 % des échanges commerciaux en 2020, tandis que le scénario pessimiste prévoit une baisse de 32 % des échanges commerciaux en 2020. Cela aura un impact profond sur les perspectives du fret aérien.
Un domaine de la demande, cependant, connaît une forte croissance. Les expéditions de produits pharmaceutiques ont doublé par rapport à l’année précédente. Cela exclut les expéditions de matériel médical.

« La pénurie de capacité sera malheureusement un problème temporaire. La récession touchera probablement le fret aérien au moins aussi sévèrement que le reste de l’économie. Pour que la chaîne d’approvisionnement continue à fonctionner et à répondre à la demande, les compagnies aériennes doivent être financièrement viables. La nécessité de soulager financièrement les compagnies aériennes par tous les moyens possibles reste urgente », a déclaré M. de Juniac.

Les compagnies aériennes de la région Asie-Pacifique ont vu la demande de fret aérien international chuter de 15,9 % en mars 2020, par rapport à la période précédente. La demande de fret corrigée des variations saisonnières a chuté de 3,0 % par rapport à février 2020, pour atteindre les niveaux observés pour la dernière fois au troisième trimestre 2013. La capacité internationale a diminué de 27,8 %.
Les transporteurs nord-américains ont signalé une baisse de la demande internationale de 13,3 % par an en mars, soit plus du double du rythme de baisse enregistré en février (-6,1 %). Les volumes de fret sur la voie commerciale Europe-Amérique du Nord ont été les plus touchés (en baisse de 22 % par rapport à l’année précédente) en mars. La capacité internationale a diminué de 19 %.
Les transporteurs européens ont signalé une baisse annuelle de 18,8 % des volumes de fret international en mars, beaucoup plus forte que celle enregistrée en février (-5,2 %). La demande intra-européenne a diminué de 32,6 % en glissement annuel en raison des nombreuses fermetures d’usines dans toute la région. Les grands marchés d’Europe-Amérique du Nord et d’Europe-Asie ont également enregistré des baisses substantielles ce mois-ci. La capacité internationale a diminué de 27,6 %.
Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une baisse de 14,1 % en glissement annuel après une croissance de 4,3 % en février. Parmi toutes les liaisons à destination/en provenance du Moyen-Orient, les importantes voies commerciales Europe et Asie ont enregistré des baisses de l’ordre de 20 % en mars, tandis que le marché plus restreint de l’Afrique a connu un recul d’environ 30 %. La capacité internationale a diminué de 20,4 %.
Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré la baisse la plus forte, soit une diminution de 19,3 % de la demande internationale en glissement annuel. Il s’agit d’une détérioration importante par rapport à février (-0,5 %). Les baisses ont été généralisées mais plus sévères pour l’Amérique centrale et du Sud, avec des volumes en baisse d’environ 35 % par rapport à l’année précédente. La capacité internationale a diminué de 37,6 %.
Les compagnies aériennes africaines ont été moins touchées par les perturbations du mois de mars. Elles ont vu la croissance des CTK internationales chuter de 1,2 % en glissement annuel après les résultats positifs de janvier et février. Le marché Afrique-Asie a été la seule voie commerciale qui a continué à afficher une croissance en mars, avec des volumes en hausse de près de 10 % en glissement annuel. La capacité internationale a diminué de 8,2 %.


Source: IATA

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!