previous arrow
next arrow
Slider

Les compagnies aériennes en quête de soutiens

international-air-transport-associationLogo IATA


Les compagnies aériennes sont confrontées à une érosion rapide des liquidités et nécessitent des mesures d’aide rapides, en même temps que la demande de fret aérien a augmenté de 9 % en 2017, la plus forte croissance depuis 2010

31 mars 2020, Genève – L’Association internationale du transport aérien (IATA) a publié une nouvelle analyse montrant que les compagnies aériennes pourraient épuiser 61 milliards de dollars de leurs réserves de trésorerie au cours du deuxième trimestre se terminant le 30 juin 2020, tout en affichant une perte nette trimestrielle de 39 milliards de dollars.

Cette analyse est basée sur l’analyse d’impact que l’IATA a publiée la semaine dernière, selon un scénario dans lequel les restrictions sévères de voyage durent trois mois. Dans ce scénario, la demande en année pleine diminue de 38 % et les recettes provenant des passagers en année pleine diminuent de 252 milliards de dollars par rapport à 2019. La chute de la demande serait la plus importante au deuxième trimestre, avec une baisse de 71 %.

L’impact sera sévère, en raison des facteurs suivants

Les recettes devraient chuter de 68 %. Ce chiffre est inférieur à la baisse de 71 % de la demande prévue en raison de la poursuite des opérations de fret, bien qu’à des niveaux d’activité réduits
Les coûts variables devraient diminuer fortement – de quelque 70 % au deuxième trimestre -, ce qui correspond en grande partie à la réduction de 65 % de la capacité prévue au deuxième trimestre. Le prix du kérosène a également fortement baissé, même si nous estimons que la couverture du carburant limitera le bénéfice à une baisse de 31 %.


Les coûts fixes et semi-fixes représentent près de la moitié du coût d’une compagnie aérienne. Nous nous attendons à ce que les coûts semi-fixes (y compris les coûts d’équipage) soient réduits d’un tiers. Les compagnies aériennes réduisent ce qu’elles peuvent, tout en essayant de préserver leur main-d’œuvre et leurs activités pour la reprise future.

Ces modifications des recettes et des coûts entraînent une perte nette estimée à 39 milliards de dollars au deuxième trimestre.

En plus des coûts inévitables, les compagnies aériennes doivent rembourser les billets vendus mais non utilisés en raison des annulations massives résultant des restrictions imposées par les gouvernements sur les voyages. Le passif du deuxième trimestre pour ces dernières s’élève à 35 milliards de dollars. L’érosion des liquidités sera sévère. Nous estimons que les compagnies aériennes pourraient épuiser 61 milliards de dollars de leur trésorerie au cours du deuxième trimestre.

« Les compagnies aériennes ne peuvent pas réduire leurs coûts assez rapidement pour anticiper l’impact de cette crise. Nous prévoyons une perte nette dévastatrice de 39 milliards de dollars au deuxième trimestre. L’impact de cette perte sur la consommation d’argent sera amplifié par un passif de 35 milliards de dollars pour d’éventuels remboursements de billets.

Sans aide, la situation de trésorerie de l’industrie pourrait se détériorer de 61 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA.

Plusieurs gouvernements répondent positivement au besoin de mesures d’aide de l’industrie. Parmi les pays qui fournissent des aides financières ou réglementaires spécifiques à l’industrie, on trouve la Colombie, les États-Unis, Singapour, l’Australie, la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Norvège. Plus récemment, le Brésil, le Canada, la Colombie et les Pays-Bas ont assoupli leur réglementation pour permettre aux compagnies aériennes d’offrir aux passagers des bons de voyage en lieu et place de remboursements.

« Les voyages et le tourisme à l’arrêt sont dans une situation extraordinaire et sans précédent. Les compagnies aériennes ont besoin de fonds de roulement pour maintenir leurs activités malgré l’extrême volatilité.

Le Canada, la Colombie et les Pays-Bas donnent une impulsion majeure à la stabilité du secteur en autorisant les compagnies aériennes à offrir des bons de voyage en lieu et place de remboursements en espèces. Il s’agit là d’un tampon temporel vital pour que le secteur puisse continuer à fonctionner.

En retour, cela permettra de préserver la capacité du secteur à assurer les livraisons de fret qui sont vitales aujourd’hui et la connectivité à long terme dont les voyageurs et les économies dépendront dans la phase de reprise », a déclaré M. de Juniac.

Source : IATA

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!